Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 15:41

T.pngerminons aujourd'hui notre réflexion sur le sentiment religieux en l'homme. Il s'agit de l'audience du 11 mai 2011. Le pape part d'un constat bien connu: nous vivons dans une société sécularisée, les philosophies issues des Lumières avaient prévu la disparition des religions et pourtant  nous pouvons constater "un réveil du sentiment religieux, une redécouverte de l’importance de Dieu pour la vie de l’homme, une exigence de spiritualité, de dépasser une vision purement horizontale, matérielle de la vie humaine."

 

Pour le chrétien, l'homme créé à l'image de Dieu porte en lui le désir de Dieu. Il est de par nature, "homme religieux". En latin, vous pouvez trouver l'expression "capax dei":

"L’image du Créateur est imprimée dans son être et il ressent le besoin de trouver une lumière pour donner une réponse aux questions qui concernent le sens profond de la réalité; réponse qu’il ne peut trouver en lui-même, dans le progrès, dans la science empirique. L’homo religiosus ne ressort pas seulement des mondes antiques, il traverse toute l’histoire de l’humanité." 

On constate que les voies pour trouver Dieu, le Créateur, sont multiples et il n'est pas rare dans les conversations de se rendre compte qu'au fond tout le monde aspire, est à la recherche de quelque chose (quelqu'un?) qui le dépasse.

L'homme, être de désir, porte en lui le désir du bonheur, d'être heureux qui est un désir de plénitude que seul Dieu peut combler. Toutes les formes de religiosités sont des essais, des voies, des réponses pour parvenir à combler ce désir. un peu de transcendance dans toute cette immanence: "L’homme «numérique», tout comme celui des cavernes, cherche dans l’expérience religieuse le moyen de dépasser sa finitude et d’assurer son aventure terrestre précaire. D’ailleurs, sans un horizon transcendant, la vie perdrait son sens plénier et le bonheur, auquel nous tendons tous, est projeté spontanément vers l’avenir, dans un lendemain qui reste encore à réaliser"

 

Les religions, du latin religare, essaient de donner du sens... Elles sont des réponses aux grandes questions existentielles et métaphysiques de l'homme: qu'est-ce-que l'homme? Qu'est-ce que le bonheur? Comment y parvenir? Quelle sens à ma vie? Qu'est-ce que le bien? Quel sens à la souffrance? Pourquoi le mal? Qu'est-ce que la mort?

"L’homme sait qu’il ne peut répondre seul à son besoin fondamental de comprendre. Même s’il a nourri et nourrit encore l’illusion de se suffire à lui-même, il fait l’expérience de ne pas se suffire à lui-même. Il a besoin de s’ouvrir à autre chose, à quelque chose ou à quelqu’un qui puisse lui donner ce qui lui manque, il doit sortir de lui-même pour aller vers Celui qui est en mesure de remplir l’ampleur et la profondeur de son désir."

Si l'homme est un être de désir, c'est qu'il lui manque toujours quelque chose... qui peut combler ce manque et si possible de manière définive ? Ce désir provoque au moins en lui une recherche et une quête de l'autre et de l'Autre.

Cette quête de l'Autre, c'est tout simplement le désir de Dieu qui nous mène à la prière: "L’homme porte en lui une soif d’infini, une nostalgie d’éternité, une recherche de beauté, un désir d’amour, un besoin de lumière et de vérité, qui le poussent vers l’Absolu; l’homme porte en lui le désir de Dieu. Et l’homme sait, d’une certaine façon, qu’il peut s’adresser à Dieu, il sait qu’il peut le prier"

 

Qu'est-ce que la prière? Le saint père la définit encore une fois avec beucoup de clarté: "Saint Thomas d’Aquin, l’un des plus grands théologiens de l’histoire, définit la prière comme l’«expression du désir que l’homme a de Dieu». Cette attraction vers Dieu, que Dieu lui-même a placée dans l’homme, est l’âme de la prière, qui revêt ensuite tant de formes et de modalités selon l’histoire, le temps, le moment, la grâce et même le péché de chaque orant. L’histoire de l’homme a, en effet, connu diverses formes de prière, car il a développé différentes modalités d’ouverture vers l’Autre et vers l’Au-delà, si bien que nous pouvons reconnaître la prière comme une expérience présente dans chaque religion et culture."

Il continue ainsi esquissant les difficultés et les pièges possibles de la prière: " il est nécessaire d’avoir à l’esprit que celle-ci est une attitude intérieure, avant d’être une série de pratiques et de formules, une manière d’être devant Dieu avant d’être l’accomplissement d’actes de culte ou la prononciation de paroles. La prière a son centre et plonge ses racines au plus profond de la personne; c’est pourquoi elle n’est pas facilement déchiffrable et, pour le même motif, elle peut être sujette à des malentendus et à des mystifications. C’est dans ce sens également que nous pouvons comprendre l’expression: prier est difficile. En effet, la prière est le lieu par excellence de la gratuité, de la tension vers l’Invisible, l’Inattendu, l’Ineffable. C’est pourquoi l’expérience de la prière est un défi pour tous, une «grâce» à invoquer, un don de Celui à qui nous nous adressons." 

Pensons-nous en effet à prier pour mieux prier ou même apprendre à prière? La prière est aussi fondamentalement un don de Dieu.

 

Le texte se passe de commentaires: "Dans l’expérience de la prière, la créature humaine exprime toute la conscience de soi, tout ce qu’elle réussit à saisir de sa propre existence et, dans le même temps, elle se tourne entièrement vers l’Etre face auquel elle se trouve, elle oriente son âme vers ce Mystère dont elle attend l’accomplissement des désirs les plus profonds et l’aide pour surmonter l’indigence de sa propre vie. Dans le fait de regarder un Autre, de se diriger «au-delà» se trouve l’essence de la prière, comme expérience d’une réalité qui dépasse ce qui est sensible et contingent. Toutefois, c'est uniquement en Dieu qui se révèle que la recherche de l'homme s’accomplit pleinement. La prière qui est ouverture et élévation du cœur à Dieu, devient ainsi un rapport personnel avec Lui. Et même si l'homme oublie son Créateur, le Dieu vivant et vrai ne cesse d'appeler le premier l'homme à la rencontre mystérieuse de la prière. "

 La prière, lieu de rencontre avec Dieu, est lieu de vérité et de joie. C'est un lieu où l'homme se tient en vérité face à lui-même et face à Dieu. C'est un lieu où il peut apprendre à se connaître ainsi que son Créateur. C'est un lieu où s'oubliant soi-même, il devient pourtant davantage lui-même.

 

SaintJeanBaptiste.png


Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

jean jacques ganghofer 22/09/2012 19:21

Merci beaucoup pour ce nouvel article jean jacques