Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 15:16

E.pngn ce 16 novembre, nous fêtons la sainte Gertrude de Helfta ou encore Gertrudre la Grande connue pour ses visions qu'elle consignera dans cinq livres. Grande mystique, Benoit XVI lui consacra une catéchèse lors d'une audience générale le 6 octobre 2010. Placée enfant dans ce monastère bénédictin (règle de saint Benoit), elle aura comme guide  la très célébre Mathilde de Hackeborn: " seule femme en Allemagne à recevoir l'épithète de «Grande», en raison de sa stature culturelle et évangélique: à travers sa vie et sa pensée, elle a influencé de manière singulière la spiritualité chrétienne. C'est une femme exceptionnelle, dotée de talents naturels particuliers et d'extraordinaires dons de grâce, d'une profonde humilité et d’un zèle ardent pour le salut du prochain, d'une intime communion avec Dieu dans la contemplation et de disponibilité à venir au secours des plus démunis."

Notre Gertrude nait en 1256 et entre donc très jeune, à 5 ans, au monastère pour ses études et son éducation. Nous ne possédons aucun renseignement sur sa famille. Que fait-elle dans son monastère? Elle se consacre entièrement aux études et à la prière et se révèle être une étudiante brillante: " (...) elle apprend tout ce que l’on peut apprendre des sciences du Trivium et du Quadrivium, la formation de cette époque; elle est fascinée par le savoir et se donne tout entière à l'étude profane avec ardeur et ténacité, avec une réussite scolaire dépassant toutes les attentes. Si nous ne savons rien de ses origines, elle nous dit beaucoup de ses passions de jeunesse: littérature, musique et chant, art de l’enluminure la ravissent; elle a un caractère fort, décidé, immédiat et impulsif; elle dit souvent être négligente; elle reconnaît ses défauts, elle en demande humblement pardon. Elle demande avec humilité conseil et prière pour sa conversion. Certains traits et défauts de son tempérament l'accompagneront jusqu'à la fin, au point de surprendre certaines personnes s'étonnant que le Seigneur lui donne une telle préférence."

Au Moyen Age, les 7 arts libéraux étaient divisés en trivium  (grammaire, rhétorique et logique) et en quadrivium ( arithmétique, musique, géométrie, astronomie). Le premier se référant à la parole et le second aux sciences mathématiques. Gertrude reçoit donc une éducation "profane" complète. Cependant elle va connaître une véritable conversion en 1280, de la vaine gloire comme l'appelle les pères à l"humilité, Gertrude se laisse conduire vers le Christ, son Sauveur.

Le pape fait remarquer que le cheminement de Gertrude de la sagesse humaine à la sagesse divine est un exemple pour nous. Dans quel but étudions-nous, accumulons-nous les connaissances? La physique ne doit elle pas conduire à une métaphysique qui nous mènera à la théologie?

"Sa biographe indique deux directions de ce que nous pourrions définir sa «conversion» particulière: dans les études, avec le passage radical des études humanistes profanes à celles théologiques, et dans l’observance monastique, avec le passage de la vie qu’elle qualifie de négligente à la vie de prière intense, mystique, avec une exceptionnelle ardeur missionnaire. Le Seigneur, qui l’avait choisie dans le sein maternel et qui l’avait fait participer, dès son enfance, au banquet de la vie monastique, la ramène par sa grâce «des choses extérieures à la contemplation intérieure, des occupations terrestres au soin des choses célestes». Gertrude comprend alors qu'elle était restée loin de Lui dans une région de dissemblance, comme elle dit avec saint Augustin; de s’être consacrée avec trop d’ardeur aux études libérales, à la sagesse humaine, en négligeant la science spirituelle, se privant du goût de la véritable sagesse; elle est conduite à présent à la montagne de la contemplation, où elle se dépouille du vieil homme pour se revêtir de l’homme nouveau"

Ce don qu'elle a pour les études, pour la théologie et la connaissance des Ecritures fait d'elle une missionnaire, "un chercheur de Dieu" toujours en quête de la vérité. Et en effet, elle n'aura de cesse de proclamer la vérité de la foi par amour pour l'Eglise et les hommes. Cela peut nous donner à réfléchir en cette année de la foi. De quelle manière nous formons-nous pour ensuite témoigner dans un langage clair, simple mais vrai des contenus de notre foi? Il  nous reste 3 écrits de sainte Gertrude, que je n'ai jamais lu si ce n'est quelques extraits, Les révélations, des Exercices Spirituels  et enfin Le Héraut de l'Amour divin.

Benoit nous la donne en exemple et nous dévoile son extrême actualité en concluant ainsi: " Il me semble évident que ces choses ne sont pas seulement des choses du passé, historiques, mais l'existence de sainte Gertrude reste une école de vie chrétienne, de voie droite, et nous montre que le cœur d'une vie heureuse, d'une vie véritable, est l'amitié avec Jésus, le Seigneur. Et cette amitié s'apprend dans l'amour pour Les Ecritures Saintes, dans l'amour pour la liturgie, dans la foi profonde, dans l'amour pour Marie, de manière à connaître toujours plus réellement Dieu lui-même et le bonheur véritable, but de notre vie. Merci."

 

SaintThomasdAquin.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Henty 13/12/2012 18:38

Joyeuse Sainte Lucie :).
J'ai lu une version de son martyr dans laquelle il est raconté qu'elle s'est elle même arraché les yeux pour les offrir à un jeune homme qui disait trop les aimer pour pouvoir la laisser partir. Il
semble que l'art d'éconduire s'est un peu perdu avec le temps...

Jacquotte 07/01/2013 15:40



en effet, et de fait, cela a du en rebuter plus d'un par la suite...



Henty 06/12/2012 17:11

Il s'agit de la cinquième, celle des hors-sujets.

Jacquotte 07/12/2012 17:49



Ok, je ne pensais pas du tout à cela en effet. Il s'agit de sainte Lucie, martyre. Sa passion et décrite de manières très diverses. Mais un des détails récurrents est celui où on lui arrache les
yeux. Elle est souvent représentée dans l'art tenant un plateau où reposent ses deux yeux: charmant! On la célèbre bientôt: le 13 décembre. C'est une des fêtes de la lumière...



Henty 17/11/2012 00:20

Merci beaucoup ! C'est tellement reposant et enrichissant de vous lire.

Au risque de passer pour un ignare, il faut que je vous demande, car il y a une icône que je ne reconnais pas. Qui est la sainte aux larmes de sang ?

Jacquotte 06/12/2012 12:28



Je ne suis pas certaine, pouvez m'indiquer de quelle icône il s'agit?