Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 11:24

A.png vec un peu de retard, reprenons la lecture des audiences du saint Père qui continue ce mercredi 16 juin sa courte présentation du grand maître spirituel qu'est saint Thomas d'Aquin.

Il débute cette deuxième catéchèse par nous rappeler l'importance de son oeuvre, de sa pensée et la nécessité de l'étudier. Je ne peux qu'abonder dans son sens mais qui malheureusement lit réellement le docteur angélique? En fait, saint Thomas est aujourd'hui un grand inconnu dans l'Eglise catholique alors que le décret Optatam totius, sur la formation au sacerdoce, demande explicitement que nos futurs prêtres l'étudient: « pour éclairer aussi pleinement que possible les mystères du salut, les séminaristes apprendront à pénétrer plus profondément au moyen de la spéculation, sous la conduite de saint Thomas, et à découvrir leur lien mutuel; (...) » Il est aussi conseiller par la déclaration Gravissimum educationis, qui traite de l'éducation chrétienne: « (…) grâce à un examen plus attentif des questions et recherches nouvelles de la période actuelle, on reconnaisse et on discerne mieux comment la foi et la science visent une unique vérité, en marchant sur les traces des docteurs de l'Eglise, et particulièrement saint Thomas d'Aquin. »

Pourquoi ne peut on éviter l'enseignement de l'Aquinate? Benoît XVI nous l'explique en termes clairs et précis: «  La principale raison de cette estime réside non seulement dans le contenu de son enseignement, mais aussi dans la méthode qu'il a adoptée, notamment sa nouvelle synthèse et distinction entre philosophie et théologie. »

Quelle est la nouveauté de saint Thomas par rapport aux pères de l'Eglise? Ceux-ci déjà baignaient dans une philosophie platonicienne ( et stoïcienne) et ils « avaient élaboré une vision complète de la réalité, en partant de la foi et en utilisant des éléments du platonisme, pour répondre aux questions essentielles des hommes. Cette vision, basée sur la révélation biblique et élaborée avec un platonisme corrigé à la lumière de la foi, ils l’appelaient «notre philosophie». Bref, la philosophie n'était pas un système purement rationnel et, en tant que tel, distinct de la foi, mais indiquait une vision d'ensemble de la réalité, construite à la lumière de la foi. Saint Thomas découvre avec les théologiens de son époque le grand Aristote et par conséquent un système philosophique élaboré sans aucune connaissance de la Bible. Aristote explique le monde, le Réel sans apport aucun de la foi. Saint Thomas repense le rapport philosophie/théologie et foi/raison: «  Il existait une «philosophie» complète et convaincante en elle-même, une rationalité précédant la foi, et puis la «théologie», une pensée avec la foi et dans la foi. »

Une nouvelle question surgit alors qui conserve encore toute son actualité: «  le monde de la rationalité, la philosophie pensée sans le Christ, et le monde de la foi sont-ils compatibles? Ou bien s'excluent-ils? » Saint Thomas pense, comme nous l'avons déjà souligné dans d'autres notes, qu'ils sont compatibles. Philosophie et théologie sont à la fois indépendantes et en relation réciproque. A chaque débat au cours de l'histoire où l'on a voulu séparer et surtout opposer foi et raison, le saint siège nous a montré en exemple comme « guide du dialogue » saint Thomas.

Foi et raison sont désignées au même titre comme « instruments de connaissance » alors que souvent nous dénigrons l'une ou l'autre. Et je ne suis pas certaine que les catholique convaincus qui privilégient sans cesse la connaissance de la foi et du coeur sans jamais se former et étudier aident beaucoup au dialogue! Souvenons-nous en effet que toutes deux procèdent de la même réalité, de la même vérité: Dieu.

« La foi consolide, intègre et illumine le patrimoine de vérité que la raison humaine acquiert. La confiance que saint Thomas accorde à ces deux instruments de la connaissance — la foi et la raison — peut être reconduite à la conviction que toutes deux proviennent de l'unique source de toute vérité, le Logos divin, qui est à l'œuvre aussi bien dans le domaine de la création que dans celui de la rédemption »

SaintThomasdAquin.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Lectures
commenter cet article

commentaires