Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 17:11

A.png

 

 

ujourd'hui le saint Père nous propose une catéchèse autour de la foi pour son audience du mercredi. Les catéchèses sur la prière ne reprendront donc qu'après la fin de cette année de la foi. Nous avons déjà eu l'occasion de parler de sa lettre Porta fidei,  il est donc intéressant de suivre ces catéchèses.

 

Benoît XVI nous rappelle déjà le coeur de notre foi chrétienne, la rencontre personnelle avec un Dieu vivant qui un et trine. Une rencontre avec le Christ ressuscité! "Il s’agit de la rencontre non pas avec une idée ou avec un projet de vie, mais avec une Personne vivante qui nous transforme en profondeur, en nous révélant notre véritable identité de fils de Dieu. La rencontre avec le Christ renouvelle nos rapports humains, en les orientant, jour après jour, vers une plus grande solidarité et fraternité, dans la logique de l’amour."

 

Parler de "foi" ce n'est pas prouver l'existence de Dieu, ce n'est pas parler de Dieu d'une manière uniquement logique et intellectuelle, c'est l'engagement de toute notre vie, de notre personne, de notre existence. On engage sa vie toute entière lorsqu'on donne sa confiance à Dieu : "Avec la foi tout change véritablement en nous et pour nous, et se révèle avec clarté notre destin futur, la vérité de notre vocation dans l’histoire, le sens de la vie, le goût d’être pèlerins vers la Patrie céleste"

Le pape poursuit avec une question: "la foi est-elle vraiment la force transformatrice de notre vie, de ma vie ? Ou bien est-ce seulement un des éléments qui font partie de l’existence, sans être l’élément déterminant qui la détermine totalement ?"

Souvent Dieu n'est qu'une partie de notre vie: aucune chance de le mettre au coeur de notre vie professionnelle, conjugale, relationnelle, familiale... On le prie par moments mais habite t-Il réellement toute notre vie?guide t'Il toutes nos actions?

"Avec les catéchèses (...) nous voudrions ouvrir un chemin pour renforcer ou retrouver la joie de la foi, en comprenant qu’elle n’est pas quelque chose d’étranger, de détaché de la vie concrète, mais elle en est l’âme. La foi en un Dieu qui est amour, et qui s’est fait proche de l’homme en s’incarnant et en se donnant lui-même sur la croix pour nous sauver et nous rouvrir les portes du Ciel, indique de manière lumineuse que ce n’est que dans l’amour que consiste la plénitude de l’homme."

En approfondissant notre foi, notre vie spirituelle c'est-à-dire notre relation à Dieu, nous comprenons mieux le sens notre vie, nous éclairons notre vie, nous comprenons ce pour quoi et pour qui nous sommes faits!

Quelle force ensuite dans les propos du saint Père, comme une mise en garde... "Aujourd’hui il est nécessaire de le réaffirmer avec clarté, tandis que les transformations culturelles à l’œuvre montrent souvent tant de formes de barbaries, qui passent pour des « conquêtes de la civilisation » : la foi affirme qu’il n’y a pas de vraie humanité sinon dans les lieux, dans les gestes, dans les temps et dans les formes où l’homme est animé par l’amour qui vient de Dieu, s’exprime comme don, se manifeste dans des relations riches d’amour, de compassion, d’attention et de service désintéressé envers l’autre. Là où il y a domination, possession, exploitation, marchandisation de l’autre pour son propre égoïsme, là où il y a l’arrogance du moi fermé en lui-même, l’homme s’en trouve appauvri, dégradé, défiguré. La foi chrétienne, active dans la charité et forte dans l’espérance, ne limite pas, mais humanise la vie, et la rend même pleinement humaine."

La foi  nous éclaire sur nos actes et certains de nos choix qu'ils soient individuels ou collectifs qui  appauvrissent, dégradent et même défigurent l'homme. La foi nous dit ce qu'est réellement l'homme pour que nous nous humanisions.

 

La foi est révélation.  Elle implique de ce mettre à l'écoute de Dieu qui nous parle et qui se révèle. C'est un accueil. La foi est toujours initiative de Dieu: " Et nous devenons capables d’écouter sa Parole et de recevoir sa vérité. Voilà alors la merveille de la foi : Dieu, dans son amour, crée en nous — à travers l’œuvre de l’Esprit Saint — les conditions adéquates afin que nous puissions reconnaître sa Parole."

 

La foi est rencontre personnelle mais aussi révélation tout au long de l'histoire. C'est l'histoire du salut qui commence dès la création et qui culmine à l'Incarnation; "Dieu s’est révélé à travers des paroles et des œuvres tout au long d’une histoire d’amitié avec l’homme, qui culmine dans l’Incarnation du Fils de Dieu et dans son Mystère de mort et de Résurrection. Non seulement Dieu s’est révélé dans l’histoire d’un peuple, non seulement il a parlé au moyen des prophètes, mais il a franchi la limite de son Ciel pour entrer dans la terre des hommes comme homme, afin que nous puissions le rencontrer et l’écouter. Et de Jérusalem, l’annonce de l’Évangile du salut s’est diffusée jusqu’aux confins de la terre. L’Église, née du côté du Christ, est devenue messagère d’une nouvelle et solide espérance : Jésus de Nazareth, crucifié et ressuscité, sauveur du monde, qui siège à la droite du Père et est le juge des vivants et des morts"

 

Le coeur de notre foi, le contenu de notre foi chrétienne, c'est le kérygme. Se pose alors la question déjà évoquée dans Porta Fidei de la fidélié à la vérité de l'Evangile, de la Foi transmise par l'Eglise.

"Mais où trouvons-nous la formule essentielle de la foi ? Où trouvons-nous les vérités qui nous ont été fidèlement transmises et qui constituent la lumière pour notre vie quotidienne ? La réponse est simple : dans le Credo, dans la Profession de Foi ou le Symbole de la foi, nous nous rattachons à l’événement originel de la Personne et de l’Histoire de Jésus de Nazareth "

 

Pour terminer il rappelle encore la nécessité de connaître, comprendre et prier le Credo. Pour nous aider, le Catéchisme de l'Eglise Catholique initié par Jean Paul II.  Il serait bon en effet, à titre individuel, paroissial ou diocèsain de se plonger dans les articles du CEC au sujet du Credo.

"Souvent le chrétien ne connaît même pas le noyau central de sa propre foi catholique, du Credo, au point de laisser place à un certain syncrétisme et relativisme religieux, sans clarté sur les vérités à croire et sans la particularité salvifique du christianisme. On court aujourd’hui le risque de construire, pour ainsi dire, une religion « bricolée ». Nous devons, en revanche, revenir à Dieu, au Dieu de Jésus Christ, nous devons redécouvrir le message de l’Évangile, le faire entrer de manière plus profonde dans nos consciences et dans la vie quotidienne."

 

Benoît XVI conclue ainsi: " je  voudrais offrir de l’aide pour accomplir ce chemin, pour reprendre et approfondir les vérités centrales de la foi sur Dieu, sur l’homme, sur l’Église, sur toute la réalité sociale et cosmique, en méditant et en réfléchissant sur les affirmations du Credo. Et je voudrais qu’il apparaisse clairement que ces contenus ou vérités de la foi (fides quae) sont liés directement à notre vécu ; ils requièrent une conversion de l’existence, qui donne vie à une nouvelle manière de croire en Dieu (fides qua). Connaître Dieu, le rencontrer, approfondir les traits de son visage met notre vie en jeu, car Il entre dans les dynamismes profonds de l’être humain."

 

SaintThomasdAquin.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Lectures
commenter cet article

commentaires