Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 18:26

J.pnge vous rassure, pas de grands débats autour des théories de l'évolution et du créationnisme... Mais je vous conseille un petit bouquin lu pendant les dernières vacances ( déjà lointaines...) présenté par le cardinal Schönborn intitulé " Création et évolution. Une journée de réflexion avec Benoît XVI" paru chez Parole et Silence.
Il s'agit des conférences données à Castel Gandolfo en 2006 à l'initiative du saint père. Vous trouverez des contributions variées comme " Evolution et design. Essai d'inventaire de la théorie de l'évolution.", "Descendance et intelligent design", "Du problème de la création et de l'évolution", " Fides, ratio, Scientia- Débats sur l'évolutionnisme". Comme souvent dans les actes des colloques les articles sont précis, pertinents et offrent l'avantage de pouvoir travailler indépendamment telle ou telle contribution.
Je ne peux rentrer dans les détails de cet ouvrage que je trouve très riche mais voici quelques notes prises à partir de la Préface réalisée par Schönborn qui cite de nombreuses fois Benoît XVI.

Le ton est donné par une citation du pape mise en exergue: "Nous ne sommes pas le produit accidentel et dépourvu de sens de l'évolution. Chacun de nous est le fruit d'une pensée de Dieu. Chacun de nous est voulu, chacun est aimé et chacun est nécessaire."
N'oubions pas ce fondamental de notre foi, de notre anthropologie et philosophie chrétienne. Nous croyons en un seul Dieu qui est Créateur et qui crée chaque individu, chaque personne. Chaque homme quelqu'il soit est voulu, aimé par Dieu: Ton nom est inscrit dans le coeur de Dieu. Aucune découverte scientifique ne pourra ( et ne doit) remettre en cause ce fondement!  Mais d'emblée, insistons sur le fait que l'affirmation d'un Dieu créateur, de l'existence d'un plan divin ne revient pas à condamner les découvertes scientifiques et LES  théories de l'évolution...

Première constation au sein de ce débat foi et évolution: la seule biologie n'est pas suffisante pour dire l'être humain dans sa complexité.
De plus, si science et foi s'expriment dans des domaines différents- on peut comme je vous l'avais déjà signalé dire que la science répond à la question du "comment"  et la foi ou la philo répondent à la question du "pourquoi"- cela reste insuffisant. Tout simplement parce que comme l'écrivait déjà Jean Paul II dans Fides et Ratio les deux s'affaiblissent mutuellement mais aussi parce qu'il est rare que les théories de l'évolution ne débordent pas sur des "philosophies de l'évolution" qui rentrent par conséquent en dialogue avec les sciences humaines.
Ainsi, " Le véritable niveau de discussion est celui de la pensée philosophique: lorsque la science devient philosophie, c'est à la philosophie de s'expliquer avec elle. C'est seulement ainsi que les fronts de discussion sont justes et que le sujet du débat reste clair: il s'agit d'une dispute philosophique rationnelle qui cible l'objectivité d'une connaissance rationnelle, non d'une oppostion entre la foi  et la raison..." ( Benoît XVI cité par Schonborn)

Il note ensuite que la notion d'évolution, de progrès ou encore de "chemin de la vie " est incontestable. Mais en revanche la question du sens, de la finalité de cette évolution reste une question fondamentale et d'actualité pour les hommes du XXIème siècle que nous sommes. Or, cette question ne peut être résolue dans l'unique sphère des sciences.... La question est déplacée, le pape la pose en ces termes: "Nous sommes donc à présent en mesure de dire avec précision ce que signifie la foi en la création quant à une compréhension évolutionniste du monde".
Il me faudrait à mon tour cité longuement Benoît XVI, ce qui est impossible, mais voici un ou deux élements de réponse qui me semblent intéressants:
" La foi en la création ne répond pas au Quoi du sens du monde, elle nous répond au Que: tous ces hauts et ces bas de l'existence en devenir sont l'accomplissement libre et soumis au risque de la liberté de la pensée originelle de laquelle tiennent leur existence."
" La création n'est pas à penser d'après le modèle de l'artisan, qui fabrique toutes sortes d'objets, mais d'après la manière qu'a la pensée d'être créatrice."
"Croire en la création, c'est comprendre dans la foi le monde en devenir et en progrès grâce à la science comme un monde qui a un sens et qui provient de l'esprit créateur."
Ici, on peut constater que les pensées fondamentalistes créationnistes sont critiquées mais que l'existence d'un Dieu créateur avec un acte créateur originel est maintenu. La création est évolution.... Je pense à mon ami Bergson et vous invite à relire l'évolution créatrice ou encore les deux sources de la morale et de la religion.
Autre question: est-ce que le monde, la réalité est issue du hasard, de la probabilité c'est-à-dire de l'irrationnel ou au contraire de la Raison, d'un Logos, du Verbe divin??? La réponse de la foi et de la philosophie chrétienne reste inchangée: In principio erat Verbum. En d'autres termes, au commencement de toutes choses est la force créatrice de la raison.


Est abordé ensuite la question cruciale de la création de l'être humain. Là encore, il nous rappelle que l'important est que chaque personne dans son individualité soit renvoyé au Dieu créateur. Chacun de nous est en rapport direct avec Dieu, son créateur! Ce qui veut dire que chacun de nous dans son unicité, dans son rapport direct avec Dieu revêt une importance inégalable. Chacun de nous créé à l'image et à la ressemblance de Dieu est tout aussi important qu'Adam... Le mystère de la création de l'être humain est là, visible en chacun de nous. L'apparition de l'homme? Quand l'homme peut par son esprit être en contact direct avec Dieu. Lorsqu'un dialogue entre la créature et le Créateur est possible...

On revient alors sur la question du sens de la réalité et de l'affirmation d'un monde gouverné par la Raison. Mais pour le croyant cette affirmation du Logos au commencement nous conduit encore plus loin... Primauté de la Raison est associée à la primauté de l'Amour... Au commencement était le Verbe et le Verbe s'est fait chair.
" Le Logos n'apparut pas seulement comme raison mathématique à la base de toutes choses, mais comme amour créateur jusqu'au point de devenir "souffrant-avec" avec la créature. C'est le grand mystère de l'Incarnation-Passion-Rédemption approfondi chaque année au rythme de notre année liturgique.
En contre-partie que nous offre la philosophie évolutionniste ( je ne parle pas de la science- des théories de l'évolution mais de certaines interprétations philosophiques de ces dernières)? Sélection, loi du plus fort ( ou du plus intelligent)? Réussite par l'adaptation? On connaît malheureusement les dérives eugéniques de telles interprétations!
Je préfère l'éthique chrétienne qui vise dans ses fondements l'amour de Dieu et de son prochain...

En conclusion, un livre à acheter, à travailler. En sachant que certains articles ne sont pas forcément évidents pour ceux qui ne maîtrisent pas très bien les théories scientifiques de l'évolution et les bases en génétique moderne.

SaintThomasdAquin.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

delphine 26/03/2010 14:36


Cher Durango, je suis bien d'accord avec vous, la théorie de l'évolution en tant que théorie scientifique avance comme toutes par consensus. A vrai dire, si j'avais fait cette remarque c'était par
peur que Jacquotte est employée le pluriel en vigueur chez les réformés américains qui prônent le dessein intelligent comme théorie scientifique (et non pas comme 'interprétation'). J'en demeure
donc toute aussi curieuse de lire ce livre (en espérant je l'avoue, qu'il soit à la portée de mon très faible niveau en théologie chrétienne...).


Jacquotte 27/03/2010 11:59


Oh non ce n'est pas du tout dans ce sens en effet... je suis un peu à la bourre en ce moment mais je reviendrai sur cette question d'ici peu!
Bonne montée vers Pâques en attendant!


Laurence 21/03/2010 11:54


Coucou Jacquotte ! Ton billet m'a donné faim de lire ce bouquin. Tu me le prête quand ?? Lolo


Jacquotte 22/03/2010 20:23


hi!hi! Bonjour Lo. Et bien, quand tu décideras à sortir de ta tanière et à venir au ciné avec tes potesses...



Durango 12/03/2010 16:10


Bonjour Delphine.

Je ne peux qu'approuver la seconde partie (et en particulier la conclusion, très pertinente) de votre commentaire, bien que je nuancerais les premiers paragraphes :

Soyons lucide, je ne vous apprendrai rien ici, mais ayons l'honnêteté de reconnaitre qu'il y a eu plusieurs courants de la théorie de l'évolution. Même si à l'époque toutefois, vous avez raison,
elles ne portaient pas le nom de théories mais d'hypothèses. (Hypothèse de l'évolution Lamarckienne ou Darwinienne, gnagnagna par exemple : La communauté scientifique c'est suffisemment fragmentée
là dessus à l'époque de leurs émergence. Autant se mettre sur la gueule au début qu'après 50 ans, notez.)

Depuis, et après bien des observations, des découvertes, des expériences; il ne reste bien une théorie de l'évolution, au même titre qu'une théorie de la gravitation. Ou peu s'en faut.


delphine 11/03/2010 04:35


Bonjour Jacquotte,

Je ne comprends pas pourquoi vous dites "les théories de l'Evolution" ? (si vous parliez de la gravité auriez-vous dit "les théories de la Gravitation"?)

Des théories de l'Evolution il n'y a qu'une. Si certains bien loin du modèle Newtonien de l'argumentation scientifique et n'ayant pas bien compris la théorie, l'interprète comme démontrant la
manifestation d'un dessein intelligent pour légitimer leurs croyances,... libres à eux (personnellement je ne pense pas qu'il faille censurer l'irrationalité)... mais ça ne fait pas de leurs
interprétations une théorie scientifique alternative pour autant.

Quant-à au "Darwinisme social" et à "l'eugénisme" ils montrent également une très mauvaise compréhension des bases de la théorie, et lui sont mêmes complètement antinomiques.

Pour un évolutionniste (= quelqu'un qui a compris la théorie de l'Evolution) il est inenvisageable de priver notre espèce (et les autres d'ailleurs) des potentielles adaptations que sont les
mutations sous peine de la condamner à la disparation.

Hors l’eugénisme et le darwinisme social tendent tous deux dramatiquement vers cela.


Durango 10/03/2010 23:26


Je ne pense pas que l'on ne puisse discuter "que" sur le terrains des interprétations. Du moins en science. Si parfois on ne discute pas des fondements, il n'y a jamais de réel progrès (de progrès
"de fond", j'ajouterais, mais ça sonne très redondant). Mais soit. Après que dire, des interprétation plus ou moins bonnes et complètement déreangeantes il y en aura toujours et dans tous les sens.
Il peut être utile/impératif d'en dénoncer, quand elles prennent de l'ampleur et même avant cela, mais à part ça, quoi ? A moins de cibler particulièrement une interprétation, de l'énoncer et
d'entamer le sujet, je trouve la discussion un brin trop large que pour être réellement constructive. Discuter de l'utilité des interprétations au sens large revient souvent à enfoncer des portes
ouvertes.

Sinon, quand à cette histoire de loi du plus fort, ces manuels scolaires dont vous parler sont soit exagérément vulgarisé, soit complètement abérrant. Je n'ai pas assez de connaissance ou même de
culture pour me permettre de m'étendre sur beaucoup de sujet, mais ici, je peux affirmer que c'est c'est clairement quelque chose qui n'est pas enseigné normalement, et qui n'est plus simplifié de
cette manière depuis très longtemps.

Le succès de la reproduction différentielle et le concept de sélection naturelle n'a jamais fait intervenir la "loi du plus fort" comme un avantage (de type plus ou moins systématique) qui
justifierais de l'élever au status de loi.

C'est bien dommage de trouver cela dans des livres, btw. C'est comme lire un tract de désinformation, quelque part, c'est effrayant.


Jacquotte 12/03/2010 19:37


Lorsqu'il s'agit de discussions "scientifiques" au sens strict, philo et théo n'ont quelque part pas à intervenir d'où la précision sur l'interprétation.

Ce qui est intéressant pour la philo/théo ce sont bien les questions de sens- interprétations philo à partir des théories scientifiques- soulevées par les théories et ce qu'elles impliquent
concrètement et réellement pour l'homme et  la société.

Quand la simplification des théories scientifiques dans l'enseignement, c'est malheureusement souvent le cas... Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d'énormités que je peux constater... Interroger
une palette d'ados dans la rue vous serez surpris de leurs réponses!