Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 13:52

L.png e calendrier liturgique du mois d'octobre est riche en fêtes et mémoires: Ste Thérèse, Notre-Dame du Rosaire, Saint François d'Assise, saint Bruno et j'en passe. Aujourd'hui, une grande fête: les saints anges gardiens que l'on peut rapprocher de la fête des saints archanges ( saint Michel, saint Raphaël et saint Gabriel) célébrés le 29 septembre.

Pourquoi aborder la question délicate des « anges »? Déjà parce qu'on entend un peut tout sur ces créatures spirituelles... que les catholiques pratiquants évitent d'en parler alors que bon nombre de personnes croient en leur présence alors qu'ils n'appartiennent à aucune religion... qu'on les décrit un peu n'importe comment, que l'on pense parfois que l'on deviendra « un ange » à sa mort... bref, ce n'est souvent que confusion.

Or l'existence des anges est une vérité de la foi catholique. Nous l'affirmons dans notre credo: « je crois en Dieu le Père, créateur du ciel et de la terre (…), de l'univers visible et invisible... »

Référons-nous tout d'abord au Catéchisme de l'Eglise Catholique aux articles n°228 à 236:

 « S. Augustin dit à leur sujet : " ‘Ange’ désigne la fonction, non pas la nature. Tu demandes comment s’appelle cette nature ? – Esprit. Tu demandes la fonction ? – Ange ; d’après ce qu’il est, c’est un esprit, d’après ce qu’il fait, c’est un ange " (Psal. 103, 1, 15). De tout leur être, les anges sont serviteurs et messagers de Dieu. Parce qu’ils contemplent " constamment la face de mon Père qui est aux cieux " (Mt 18, 10), ils sont " les ouvriers de sa parole, attentifs au son de sa parole " (Ps 103, 20). » et « En tant que créatures purement spirituelles, ils ont intelligence et volonté : ils sont des créatures personnelles (cf. Pie XII : DS 3801) et immortelles (cf. Lc 20, 36). Ils dépassent en perfection toutes les créatures visibles. L’éclat de leur gloire en témoigne (cf. Dn 10, 9-12). »

Nous voici déjà renseigné sur ce qu'est un « ange », du grec « angelos » qui signifie « messager ». L'ange est un « esprit » ou encore « une créature spirituelle ». Les pères de l'Eglise insisteront beaucoup sur le discernement des esprits: les bons et les mauvais esprits. En tant que « créature », ils ne sont pas des « dieux » et restent soumis à la volonté de Dieu. Cela est très important lorsque l'on aborde la question parallèle des démons. En effet, certains ont tenté de faire des démons, des êtres « égaux » voire « supérieurs » à Dieu, capables par conséquent de triompher de Lui.

En tant que créatures spirituelles, ils contemplent, à notre différence, directement Dieu. Ils louent Dieu toute la journée. C'est pour cette raison que l'on parlera aussi de « choeur » d'anges. La tradition et le folklore dénombre 9 choeurs : les séraphins, les chérubins, les principautés, les puissances, les Trônes, les archanges, les dominations, les vertus, les anges... Ils apparaissent ainsi à la Nativité chantant la Gloire de Dieu. Ils participent déjà à la liturgie céleste. Ils sont aussi « immortels » et possèdent comme l'être humain: intelligence, volonté et liberté. Si l'homme a toute une vie terrestre pour se préparer à la vision béatifique, et choisira (ou non) Dieu, le choix de l'ange se fait à sa création même dans la mesure où il contemple directement et constamment Dieu.

Si l'ange est une créature douée de perfection , l'homme a par ailleurs un statut tout particulier en dignité dans la mesure même où le Christ, le Fils de Dieu, le Verbe Eternel, a choisi de s'incarner et de revêtir la condition d'homme... L'homme, créature visible, mortelle, finie et imparfaite est ainsi élevée plus qu'aucune autre créature.

Les anges ont aussi, comme le précise le CEC, une fonction, celle de « messagers ». On connaît bien entendu saint Gabriel pour son fameux message à Marie lors de l'Annonciation. La tradition musulmane reprend cette fonction de messager puisque c'est aussi l'ange Gabriel qui apportera le Coran au prophète Mohammed. On les voit apparaître tout au long de l'histoire du salut: «  Ils sont là, dès la création (cf. Jb 38, 7, où les anges sont appelés " fils de Dieu " et tout au long de l’histoire du salut, annonçant de loin ou de près ce salut et servant le dessein divin de sa réalisation : ils ferment le paradis terrestre (cf. Gn 3, 24), protègent Lot (cf. Gn 19), sauvent Agar et son enfant (cf. Gn 21, 17), arrêtent la main d’Abraham (cf. Gn 22, 11), la loi est communiquée par leur ministère (cf. Ac 7, 53), ils conduisent le Peuple de Dieu (cf. Ex 23, 20-23), ils annoncent naissances (cf. Jg 13) et vocations (cf. Jg 6, 11-24 ; Is 6, 6), ils assistent les prophètes (cf. 1 R 19, 5), pour ne citer que quelques exemples. Enfin, c’est l’ange Gabriel qui annonce la naissance du Précurseur et celle de Jésus lui-même (cf. Lc 1, 11. 26). »

Le Christ apparaît comme le centre «  de ce monde angélique ». Ils sont là présents, à plusieurs reprises, durant sa vie terrestre: à sa naissance, au désert, au moment de son agonie, à sa résurrection... Enfin, l'Eglise (article n°334 à 336), s'unit aux anges dans la liturgie. Dans l'acte liturgique, nous adorons Dieu, un et trine, en même temps que les créatures célestes.

 

Aujourd'hui, nous fêtons les « anges gardiens ». Que dit l'Eglise à ce sujet? «  Du début (de l’existence) (cf. Mt 18, 10) au trépas (cf. Lc 16, 22), la vie humaine est entourée de leur garde (cf. Ps 34, 8 ; 91, 10-13) et de leur intercession (cf. Jb 33, 23-24 ; Za 1, 12 ; Tb 12, 12). " Chaque fidèle a à ses côtés un ange comme protecteur et pasteur pour le conduire à la vie " (S. Basile, Eun. 3, 1 : PG 29, 656B). Dès ici-bas, la vie chrétienne participe, dans la foi, à la société bienheureuse des anges et des hommes, unis en Dieu. » C'est ce que reprend l'oraison du jour: « Seigneur, dans ta mystérieuse providence, tu envoies les anges pour nous garder ; daigne répondre à nos prières en nous assurant le bienfait de leur protection et la joie de vivre en leur compagnie pour toujours. »

 

Pour terminer, un texte de saint Bernard commentant le Psaume 90:

 "Il donne mission à ses anges de le garder sur tous tes chemins. Qu'ils rendent grâce au Seigneur de son amour, de ses merveilles pour les hommes. Qu'ils confessent et disent parmi les nations les merveilles que le Seigneur fit pour eux! Seigneur, qu'est-ce que l'homme, que tu te sois fait connaître à lui, que tu lui ouvres ton coeur? Tu lui ouvres ton coeur, tu le traites avec sollicitude, tu prends soin de lui. Pour finir, tu lui destines ton Fils unique, tu envoies en lui ton Esprit, et même tu lui promets de voir ton visage. Mais, pour qu'aucun être du ciel ne reste hors de cette sollicitude pour nous, tu envoies ces esprits bienheureux pour qu'ils remplissent un service à notre égard, tu les charges de veiller sur nous, tu leur commandes de se faire nos pédagogues.

Il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins. Quel n'est pas le respect que cette parole doit susciter en toi, la ferveur qu'elle doit faire naître, la confiance qu'elle doit inspirer! Le respect à cause de leur présence, la ferveur à cause de leur bienveillance, la confiance à cause de leur vigilance.~ Ils sont donc là, à tes côtés, non seulement avec toi mais pour toi. Ils sont présents pour te protéger, pour te secourir. ~ Et même si c'est Dieu qui leur en a donné l'ordre, on ne peut pour autant manquer de reconnaissance à leur égard, en raison de la si grande charité avec laquelle ils obéissent et du besoin si grand que nous avons de leur aide.

 Soyons donc pleins de respect et de reconnaissance pour une telle vigilance de leur part ; aimons-les en retour et honorons-les autant que nous le pouvons, autant que nous le devons. Mais c'est à Dieu qu'il nous faut rapporter la totalité de notre amour et de notre honneur, à Dieu de qui les anges, aussi bien que nous, reçoivent toute la capacité de l'honorer et de l'aimer, non moins que la possibilité de se rendre dignes de son amour et de son honneur. ~ Aussi est-ce en Dieu, mes frères, qu'avec affection il nous faut aimer ses anges, dans la conscience qu'ils seront un jour nos cohéritiers, et que d'ici là le Père dispose et ordonne qu'ils soient pour nous des intendants et des éducateurs. Car dès maintenant nous sommes fils de Dieu, bien que cela ne soit pas encore évident, puisque nous sommes encore des enfants soumis à des intendants et à des éducateurs, et qui semblent pour le moment ne différer en rien des esclaves.

Pourtant, si petits que nous soyons, et si longue - et pas seulement longue mais dangereuse - que soit la route qui nous reste à parcourir, qu'aurions-nous à craindre sous une si bonne garde? On ne peut ni les vaincre ni les égarer, et moins encore redouter qu'ils ne nous égarent, eux qui nous gardent sur tous nos chemins. Ils sont fidèles, ils sont sages, ils sont puissants: qu'aurions-nous à craindre? Suivons-les seulement, attachons-nous à eux, et demeurons sous la sauvegarde du Dieu du ciel. »

 

SaintJeanBaptiste.png 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Catéchisme
commenter cet article

commentaires