Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 16:21

H.pngeureux les coeurs purs car ils verront Dieu.

 

Cette béatitude est peut-être une des plus grandes. Elle annonce ce que l'on appelle "la vision béatifique". Comme nous le rappelle la chanson, c'est ce que recherche le saint, c'est ce qui nous apportera la vrai joie:"Je veux voir Dieu, ... joie sans fin des bienheureux!"

Ecoutons plutôt Saint Léon derechef qui est d'une grande éloquence pour cette béatitude:" quelle grande félicité, bien-aimés, que celle pour laquelle on prépare une telle récompense! Qu'est-ce donc qu'avoir le coeur pur, sinon, s'appliquer aux vertus dont il a été question plus haut? Mais à voir Dieu, quel esprit pourra concevoir, quelle langue exprimer ce qu'est un tel bonheur? C'est pourtant ce qui lui arrivera lorsque la nature sera transformée: ce ne sera plus d'un miroir ni d'une manière confuse, mais ce sera face à face ( 1 Co 13, 12), qu'elle verra, «  telle qu'elle est » ( 1Jn 3, 2), la Divinité elle-même qu'aucun être humain n'a jamais pu voir ( Jn 1, 18); alors, dans la joie ineffable d'une éternlle contemplation, elle possèdera «  ce que l'oeil n'a pas vu, ce que l'oreille n'a pas entendu, ce qui n'est pas monté au coeur de l' homme. » ( 1 Co 2, 9)"

 

Saint Thomas dans la Somme Théologique (q.69 sur les béatitudes, article 4 dans la deuxième partie) note qu'avec cette béatitude nous parvenons aux béatitudes qui  "se rapportent à la félicité ou à la béatitude de la contemplation. " même s'il remarque dans les solutions à la suite de Saint Jean Chrysostome que toutes les récompenses décrivent la même chose: la vie éternelle. Cependant, on peut observer une progression dans les récompenses et ainsi " c'est une plus grande chose que de voir Dieu, de même que celui-là est plus grand qui est admis non seulement à manger à la cour du roi, mais aussi à le voir face à face".

La vision béatifique est l'objet même de la vertu théologale d'espérance. C'est pour cela qu'au ciel, foi et espérance disparaîtront au moment même où nous contemplerons Dieu face à face et seule la charité demeurera. C'est ce que nous a appris Saint Paul dans ses épîtres.

 

 

"Car nous voyons à présent dans un miroir, d'une manière obscure, mais alors ce sera face à face. A présent partielle est ma science; mais alors je connaîtrai tout comme je suis connu. Maintenant donc demeurent la foi, l'espérance et la charité, ces trois-là, mais le plus grand, c'est l'amour." ( 1 Co, 13, 12-13)

 

Saint François de Sales dans son Traité de l'Amour de Dieu traite en plusieurs lieux de la "vision de la divinité" et ce n'est que joie et enthousiasme qui ressortent de ces lignes: " Mais au ciel, Théotime, ah! mon Dieu, quelles faveurs! La divinité d'unira elle-même à notre entendement, sans entremise d'espèce ni de représentation quelconque; mais elle s'appliquera et se joindra elle-même à notre entendement, se rendant tellement présente à lui, que cette intime présence tiendra lieu de représentation et d'espèce. O vrai Dieu, quelle suavité (...) Nous serons là comme des enfants très-heureux de la divinité, ayant l'honneur d'être nourris de la propre substance divine, reçue en notre âme par la bouche de notre entendement..." Il cite alors ce verset magnifique en Osée 2, 14: " Je la mènerai en la solitude, et je parlerai à son coeur et je l'allaiterai."

Ce qui est intéressant, c'est que notre évêque de Genève rapproche ce bonheur de l'eucharistie: " Bonheur infini, Théotime, et qui ne nous a pas seulement été promis, mais dont nous avons un avant-goût au très saint sacrement de l'Eucharistie, festin perpétuel de la grâce divine...."

N'oublions pas en effet que les récompenses et les promesses des béatitudes sont déjà en action. Ce ne sont pas que des promesses futures qui impliqueraient que le bonheur n'est pas possible ici-bas. Ecartons la critique marxiste qui voyait justement dans ces promesses futures une raison pour supporter tout ici bas et qu'ainsi la religion n'était qu"opium" pour endormir le peuple opprimé. Cela n'a pas de sens. Le Royaume de Dieu est déjà présent depuis la Passion-Résurrection du Christ. Et justement, tout notre agir moral doit tendre à rendre toujours plus actuel ce Royaume. C'est cela aussi l'exercice des vertus.

 

Si notre contemplation du mystère de Dieu reste encore imparfaite sur cette terre, elle est déjà source de joie: "On ne contemple pas de la même manière ici-bas et au ciel. Mais on dit que la vie contemplative demeure, à cause de la charité qui est son principe et sa fin. C'est la pensée de Saint Grégoire: "La vie contemplative commence ici-bas pour trouver au ciel son achèvement. Car le feu d'amour qui commence à brûler ici-bas, mis en présence de son objet, jettera de plus vives flammes d'amour" (St Thomas d'Aquin, Somme Théologique, q.180).

Notre vision de Dieu commence donc ici-bas. Beaucoup de "moyens" nous sont offerts... Contemplons-le dans sa Parole (Bible), contemplons-le dans ses sacrements, contemplons-le dans l'eucharistie, contemplons-le en nous dans l'oraison, contemplons-le dans les autres qui sont "images" de la Trinité (combien plus lorsqu'ils ont communié!).

Cette contemplation de Dieu n'est pas sans risque... certains feront l'expérience de la nuit et comme le note Saint Thomas à la suite de saint Augustin certains sortiront "boîteux". Pourquoi cette image? Il se réfère à la lutte de Jacob avec l'ange. Notre docteur de l'Eglise voit dans ce récit, le récit d'un homme qui contemple son Dieu. A la fin de cette lutte, Jacob recevra le nom d'"Israël" et se sera blessé à la hanche. Pourquoi, Saint Thomas cite St Grégoire: " parce qu'il est nécessaire que l'amour du monde faiblisse pour que l'amour de Dieu devienne plus robuste. Et c'est pourquoi, lorsque nous avons goûté la suavité de Dieu, une de nos jambes restent saine, tandis que l'autre boite. Car tout homme qui boite d'une jambe s'appuie seulement sur la jambe saine."

Il nous faut donc dans la contemplation quotidienne, changer notre regard et notre coeur. La pureté du coeur ne peut être donnée, reçue que dans la contemplation du Dieu pur. L'agir, l'action n'est efficace que si nous contemplons... Comment être "actif "si nous ne prenons pas des forces à la source et si nous n'orientons pas nos actes vers notre but?

 

SaintPierre.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Ethique
commenter cet article

commentaires