Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 14:53

N.pngous avons pu évoquer dans notre dernier article de catéchisme, le lieu de culte, l'église. Aujourd'hui nous allons nous pencher sur le " pourquoi" du dimanche.

Au tout début de la Bible, dans le texte de la Genèse, au chapitre 1, il est écrit que Dieu créa le monde en 6 jours et qu'Il se reposa le 7ème soit le samedi car la semaine débute le dimanche.

 

Les juifs ont ainsi choisi comme jour consacré à Dieu, le jour du repos, le samedi que l’on appelle aussi chabbat ( sabbat). En réalité, le chabbat commence le vendredi soir au moment où le soleil se couche. Les fidèles se rendent à la synagogue.

Les musulmans quant à eux ont choisi, le jour de la création de l’homme soit le 6ème jour, le vendredi. C’est aussi un vendredi que Mohammed a reçu le Coran.

 

Pourquoi les chrétiens  ont-ils préféré le dimanche ? Cela en effet aurait pu être le samedi comme les juifs ou mieux encore le jeudi, jour de l’institution de l’eucharistie quand on sait que la messe est au cœur du jour du Seigneur.

Le dimanche est avant tout le jour de la résurrection.  Le huitième jour, celui où Jésus ressuscité apparaît aux saintes femmes puis aux apôtres. Dans l’antiquité greco-latine, le dimanche était appelé jour du soleil. Nous avons gardé ce sens en anglais (sunday) et en allemand (sontag). Pour nous chrétiens, le véritable soleil est Jésus, le Christ qui se lève hors du tombeau, ayant vaincu toutes les ténèbres et particulièrement celles du péché et de la mort. Je vous rappelle que l’église- c’est-à-dire le chœur là où l’on trouve l’autel-  est orientée à l’est. Le dimanche, Jésus apparaît, se manifeste dans la lumière, dans la gloire de sa résurrection.

 

Les chrétiens ont choisi dès les premiers temps de l’Eglise de se réunir pour prier et célébrer Dieu le dimanche. Nous avons une mention dans les Actes des Apôtres,  récit des premières communautés chrétiennes à partir de l’Ascension en Ac 20, 7 : «  Le premier jour de la semaine, comme nous étions rassemblés pour rompre le pain… ». En sachant que selon la pratique juive, le jour commençait la veille au soir, toujours au moment du coucher du soleil.

Nous avons aussi à ce sujet, un texte de Justin (début du II ème siècle) : «  Le jour appelé jour du soleil, tous, qu'ils habitent la ville ou la campagne, ont leur réunion dans un même lieu et on lit les mémoires des Apôtres et les écrits des prophètes aussi longtemps qu'il est possible. Quand le lecteur a fini, celui qui préside fait un discours pour nous avertir et pour nous exhorter à mettre en pratique ces beaux enseignements. Ensuite nous nous levons tous et nous faisons ensemble des prières. Puis, lorsque nous avons fini de prier, ainsi que je l'ai déjà dit, on apporte le pain avec le vin et l'eau. Celui qui préside fait monter au ciel des prières et des actions de grâce, autant qu'il en est capable, et le peuple acclame en disant: Amen. Puis on distribue et on partage à chacun les dons sur lesquels a été prononcée l'action de grâce; ces dons sont envoyés aux absents par le ministère des diacres.
 Les fidèles, qui sont dans l'aisance et qui veulent donner, donnent librement, chacun ce qu'il veut; ce qu'on recueille est remis à celui qui préside et c'est lui qui vient en aide aux orphelins et aux veuves, à ceux qui sont dans le besoin par suite de maladie ou pour toute autre cause, aux prisonniers, aux voyageurs, aux étrangers; bref, il vient en aide à tous les malheureux.
 C'est le jour du soleil que nous faisons tous notre réunion, d'abord parce que c'est le premier jour, celui où Dieu, à partir des ténèbres et de la matière, créa le monde; et c'est parce que ce jour-là est encore celui où Jésus Christ, notre Sauveur, ressuscita d'entre les morts. La veille du jour de Saturne (du samedi), on l'avait crucifié, et le surlendemain, c'est-à-dire le jour du soleil, s'étant montré à ses Apôtres et à ses disciples, il leur enseigna ce que nous avons exposé. Le monde s'ouvre à la vie, l’homme reçoit l'Esprit. »

Nous avons dans cette première Apologie une explication très synthétique de ce qui se passait pour les premières communautés chrétiennes. Nous retrouvons tous les éléments importants de la messe : lecture de la Parole de Dieu, homélie par le prêtre, prières, offertoire, communion, dimension du partage à travers la quête qui ensuite redistribuée aux pauvres.

 

Enfin, c’est l’empereur Constantin qui en 321 proclame que le dimanche sera le jour de repos officiel du monde romain. Dans nos pays occidentaux, c’est toujours le cas !

Notez que liturgiquement, il existe des messes anticipées, c’est-à-dire que vous pouvez aller à la messe avec les textes et les prières du dimanche dès le samedi à partir de 15h00 environ. Avant cette heure, vous aurez la messe du samedi.

 

La question à se poser ? Respectons-nous bien le jour du Seigneur en nous rendant à l’église pour la célébration eucharistique le dimanche ? Si non, quelles excuses aimons-nous nous donner ? En sachant, qu’on « ne rattrape pas » une messe de dimanche en y allant la semaine !

Quelle place réservons-nous à Dieu pour ce jour particulier ? Peut-être que ce temps de Carême pourrait être pour nous le temps de redécouvrir le jour du Seigneur en faisant de ce jour, "un jour pas comme les autres" : la messe, plus de prière, du silence ( non à la télévision ou à internet ce jour-là, pas de shopping…), des temps en famille, un temps de repos ( les devoirs sont faits le samedi et non le dimanche), un temps pour rendre service ou visite… etc. A chacun de voir !

SaintJeanBaptiste.png

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Catéchisme
commenter cet article

commentaires

jean jacques ganghofer 15/02/2013 03:13

Merci pour cet article qui nous recentre sur la messe du dimanche ....... Tu publies beaucoup , en ce moment ..... te lirais petit à petit ...
Encore merci .... JJ

Jacquotte 15/02/2013 14:36



J'avais en effet pas mal de "choses" en réserve... je profite aussi d'un peu de temps libre supplémentaire, mais cela ne va pas durer...