Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 17:47

S.png i on se réfère au texte de la Genèse, celui-ci emploi un pluriel « Faisons l’homme à notre image ». De nombreux commentateurs y ont vu une révélation du Dieu Un et Trine.
L’amour trinitaire à la source de la création. Dieu est Vie, Dieu est Joie, Dieu est Amour! Et tout cela, Il l'est en plénitude. Si Dieu est créateur c'est parce qu'Il se communique.  La création est une communication de l’Amour. Toute la Révélation peut se résumer dans le mystère de l’Incarnation, le Verbe fait chair où l’humanité est pleinement introduire dans le dessein de l’Amour de Dieu, de le dessein de l’Amour Trinitaire. (Cf. Concile Vatican II, Dei Verbum, 1. ).  L’amour trinitaire engendre la joie créatrice qui désire se répandre généreusement. Notre bon saint Thomas reprendra cette idée dans la fameuse formule:  «  bonum est diffussivum sui. ». C'est-à-dire qu'il est dans la nature même du Bien de se répandre... 
A la source de la création, le conseil trinitaire.On peut penser à la très belle icône de Roublev. Ce conseil c’est l’instant anhistorique de la décision  des trois personnes de la Trinité  ( le Père, le Fils et l'Esprit Saint) où ils décident de créer l’univers qui sera couronné par l’homme créé à l’image et à la ressemblance divine. Dieu a voulu la création et son accomplissement futur. Dès la création, Dieu a voulu la divinisation, c'est-à-dire la participation à la vie trinitaire de l’homme. Une vie donc de bonheur éternel!

Nous avons vu que nous avons été créés à l'image et à la ressemblance de Dieu. Or, Dieu est  un Dieu un et Trine par conséquent nous sommes créés à l'image de la Trinité.  Saint Thomas d’Aquin montrait que l’homme a pour modèle la Sainte Trinité ou tout du moins ses modes de vie qui peuvent s’expliquer comme des modes relationnelles (Somme Théologique, Ia, q. 39, a. 1, réponse). Les relations sont des parties intégrantes de l’essence divine dans la mesure où les différentes personnes de la Trinité se définissent par ces dernières. Et, s’il nous fallait décrire les relations intra-trinitaires, on ne pourrait le faire qu’en termes de don et de relation d’amour :

"Ô trinité ! Eternelle Trinité ! Ô feu, ô abîme d’amour! Flamme d’amour ! Flamme d’amour ! ne suffisait-il pas de nous créer à ton image et ressemblance, de nous faire renaître à la grâce dans le sang de ton Fils ? Fallait-il encore nous donner toute la Trinité en nourriture ! C’est ton amour qu’il l’a voulu. Ô Trinité éternelle ! Non seulement tu as donné ton Verbe dans la rédemption et dans l’Eucharistie, mais tu t’es donnée tout entière par amour pour ta créature. Oui, l’âme te possède parce que tu es la Bonté suprême" (  CYRILLE D’ALEXANDRIE, Commentaire de l’Evangile de Saint Jean, XI, 10).
L’image de l’homme devient ainsi fondamentalement une relation et ceci à l’image de la Trinité : relation avec Dieu, relation avec soi et relation avec autrui. Cette relation d’amour présent dans la Trinité ne se consume pas en son sein mais se répand sans cesse. L’homme peut se définir par une relation.  Cette relation avec Dieu dépasse largement cette existence terrestre puisqu’il s’agit de parvenir à sa perfection en parvenant à l’accomplissement de soi, à la plénitude de son être en Dieu. Mais, cette relation avec Dieu n’est pas exclusive. L’homme est en relation avec d’autres hommes : "il n’est pas bon que l’homme soit seul" nous dit le texte de la Genèse. On retrouve l’homme comme « animal politique » d’Aristote. L’homme est fondamentalement un être ouvert sur le monde et les autres. C’est cette relation même avec autrui qui le définit et qui est en partie constitutif de sa personne. Relation d’autant plus importante que Dieu est présent en l’autre. L’homme découvre Dieu dans son prochain et découvre celui-ci comme "image de Dieu". 
Le « je » pour exister a besoin de cette relation avec un tiers sinon il s’enferme sur lui-même. La Trinité comme relation d’amour fondamentalement don et grâce exprime cette réalité essentielle de l’homme. L’image de Dieu ne devient entière que dans ce jeu de relation. Dieu a créé par amour et l’homme a été créé pour aimer. C’est la vocation de tout homme que d’aimer. L’homme ne peut se dire sans ce don de soi.

"Dieu a créé l’homme à son image et à sa ressemblance : en l’appelant à l’existence par amour, il l’a appelé en même temps à l’amour.

Dieu est amour et il vit en lui-même un mystère de communion personnelle d’amour. En créant l’humanité de l’homme et de la femme à son image et en la conservant continuellement dans l’être, Dieu inscrit en elle la vocation, et donc la capacité et la responsabilité. L’amour est donc la vocation fondamentale et innée de tout être humai. Puisque l’homme est un esprit incarné (…) L’amour embrasse aussi le corps humain et le corps est rendu participant de l’amour spirituel."(JEAN-PAUL II, Familiaris Consortio, §11.)

SaintPierre.png

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Ethique
commenter cet article

commentaires

Delphine 12/01/2010 15:04


Merci Jacquotte.

Votre synthèse de la pensée chrétienne est d’une clarté rare (je dois d'ailleurs avouer que c'est la première fois que quelqu'un arrive réellement à me l'expliquer sa vision des choses à ce
sujet).

J’appréhende beaucoup mieux grâce à vous ce qui 'choque' autant certains chrétiens dans la théorie de l’Evolution, et j’ai été surprise en comprenant à quel point cette théorie remettait
directement en cause certains dogmes religieux.

A vrai dire, je ne croyais pas le problème aussi intrinsèquement enfoui (antinomie totale par exemple entre Création / notion d’ancêtre commun, un des piliers de la théorie de l’Evolution sur
lequel il n'est donc pas possible de "transiger" ^^ pour un biologiste).

Je me doute qu'il n'a vraiment pas dû être facile de répondre à une telle question en si peu de ligne, aussi je vous remercie d'autant plus vivement de l'intelligibilité de vos propos.

Au plaisir de vous lire donc.


Jacquotte 12/01/2010 20:32


Je vous remercie pour vos encouragements.


delphine 07/01/2010 01:18


Une petite question bateau pour commencer l'année =) :

Quelle est votre position de théologienne dans le conflit qui oppose les défenseurs du créationnisme biologique, aux évolutionnistes?


Jacquotte 07/01/2010 19:49


Bonjour,

Il est difficile de répondre en quelques lignes, je ne le vous cache pas...
En fait, j'aime bien distinguer deux types de "créationisme"... Le "créatioNNisme" et le "créatioNisme"...
L'un est fondamentaliste et inacceptable en effet, comme si Dieu avait créé l'homme tel que l'on connait aujourd'hui sans aucune évolution... L'autre, affirme, l'existence d'un Dieu créateur, d'une
origine précise du monde suivie d'une évolution. Ce qui est dans la droite ligne de la théologie chrétienne. Le monde créé par Dieu est appelé à se développer, à grandir puis à la fin des temps à
être porter à sa plénitude. L'homme lui aussi est un être en croissance. Il est appelé à évoluer, à grandir en humanité. Ce qui est vrai d'un point de vue éthique me semble vrai d'un point de vue
biologique. Homme et création dès le texte de la Genèse sont appelés à évoluer ( et si possible, pour l'homme à se perfectionner). La dialectique de la croissance et de l'évolution sont des
éléments essentiels de la pensée chrétienne ( grandir en ressemblance divine, Révélation par étapes successives, histoire sainte où l'humanité et les individus progressent...). Si Dieu confie la
création à l'homme, c'est que justement la création n'est pas achevée dès l'origine comme l'affirme les fondamentalistes...

Ensuite, bien entendu. N'oublions pas que la science se doit de répondre uniquement à  la question du "comment" et que le propre d'une théorie scientifique (contrairement aux doctrines
religieuses ou aux théories dogmatiques), c'est d'être réfutable... Il est dangereux que les théories scientifiques qu'elles soient évolutionnistes ou créationnistes s'érigent en dogmes et en
vérité absolue. La science se situe moins dans le domaine de la vérité que dans celui de la connaissance. Ce qui est  un avantage car c'est ce qui lui permet d'évoluer (expérimentations,
remises en cause incessantes, interprétation) et déviter de se "figer". Attention au scientisme.
Philo, sagesse et religion s'occupent de la question du "pourquoi"... C'est un autre domaine... en sachant que les deux ne sont pas forcément contradictoires. Il nous faut dépasser le conflit
"qui a raison?", "qui détient la vérité?"... Nous ne touchons pas aux mêmes sphères de la "vérité".
Biologie, physique... bref, les sciences de la nature nous aident à mieux saisir, à mieux comprendre le monde. Le chrétien n'a pas à s'opposer aux théories scientifiques, elles enrichissent sa
connaissance. Elles sont "valides" (plutôt que "vraies") jusqu'au moment où elles ont été falsifiées par une autre théorie qui devient à son tour "valide"...
En revanche, il faut comprendre que le chrétien ne peut faire l'impasse voire nier l'existence d'un acte créateur à l'origine. Cela veut dire que la vie, le monde... sont forcément appréhendés
comme DON.