Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 19:44

R.pngeprenons notre lecture du livre de l'Apocalypse. Nous avons vu au chapitre 5 que seul l'Agneau s'est montré digne d'ouvrir le rouleau scellé. Dans les chapitres suivants, nous allons assister à l'ouverture successive des 7 sceaux qui seront accompagnés d'une catastrophe. Chapitres denses et encore une fois très riches en symbolique. Nous ne regarderons aujourd'hui que le chapitre six en nous intéressant seulement à quelques figures mais les chapitres 6 et 9 forment une unité... les trompettes résonnent, les visions des évènements futurs s'enchaînent.

          La première vision qui peut retenir notre attention est celle des 4 cavaliers qui apparaissent successivement à l'appel "Viens" des 4 vivants. Un cheval blanc, rouge/feu, noir et enfin verdâtre. Chaque cavalier ayant des caractéristiques différentes: arc et couronne, glaive, balance... Le dernier porte même un nom "la Peste" et il est accompagné de l' "Hadès".  Tout le passage s'inspire très explicitement du livre de Zacharie au chapitre 1, 8-10.
On trouve deux grandes interprétations autour de ces cavaliers.
La première insiste sur le parallélisme et vont donc identifier le cheval "blanc" comme un fléau, celui de la conquête.Le cheval rouge étant la guerre, le noir décrit comme la famine ( et d'une manière plus générale  la misère) et enfin le vert comme les grandes épidémies. Notez que le vert symbolise la mort, la décomposition dans ce livre alors qu'en général on l'utilise pour l'espérance.
La figure de l'ennemi étant incarné par l'Empire romain à l'époque de la rédaction de l'Apocalypse. Les fléaux décrits pourraient être les évènements qui mettent en déroute cet "ennemi" de Dieu. Les conquêtes du premier cavalier pourraient être celles des Parthes du 1er siècle connus pour leurs talents d'archers (le cavalier porte au verset 2 un arc).
Bref! Peste, famine, misère et fauves, nous sommes en présence des 4 grands instruments classiques du ravage...
La deuxième interprétation au contraire va insister sur les caractères particuliers du premier cavalier. La couleur blanche ne symbolisant jamais le mal dans l'Apocalypse et  la couronne, la victoire étant des "attributs" célestes... Le cavalier "blanc" pourrait être  le Christ ou encore la puissance de son message, l'Evangile, qui met en déroute les ennemis de Dieu, le mal et qui sort quoiqu'il arrive victorieux. On parle aussi de "voix du tonnerre". Or cette expression est utilisée lorsqu'on annonce une "bonne nouvelle"... L'arc dans la genèse (pensons à l'arc qui suit le déluge et qu'à tort on imagine être un arc-en-ciel) est le signe de l'Alliance de Dieu avec les hommes. La Parole de Dieu triomphera: voici ce que représente ce premier cavalier. C'est un signe d'espérance eschatologique. Certains aiment à faire un parallèle entre ce cavalier et le cavalier messianique du chapitre 19... 

         Au verset 9, nous assistons à l'ouverture du cinquième sceau: "je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été égorgés à cause de la parole de Dieu". On change de registre, nous sommes propulsés au ciel alors que les fléaux décrits précédemment étaient liés au temps historique, terrestre. L'autel pourrait être là encore une référence à la liturgie et surtout à l'autel des holocaustes (autel des sacrifices) qui se trouvait dans le Temple. Il s'agit bien entendu de tous les martyrs chrétiens qui sont ici assimilés au sacrifice du Christ. L'autel, souvenons-nous, s'il est table du repas eucharistique est aussi mémorial du sacrifice du Christ (les chrétiens s'inclineront devant l'autel alors qu'ils pourront faire une génuflexion devant le tabernacle, lieu de la présence réelle).
Les "saints" reçoivent alors une robe blanche qui rappelle celle des élus ou encore celle du baptême. Les martyrs sont restés fidèles aux grâces baptismales et participent à présent ( ou sous peu... le jugement n'étant pas encore arrivé) à la joie du Christ-triomphant.

         L'ouverture du sixième sceau s'accompagne de phénomènes inquiétants: soleil noir, lune-sang, étoiles qui tombent, tremblement de terre... les hommes s'enfuient, se cachent dans les cavernes comme Adam et Eve se sont cachés lorsqu'ils ont pris conscience de leur nudité, ces hommes se cachent de "la face de Celui qui est assis sur le Trône et de la colère de l'Agneau..." Si les saints parés de leurs robes blanches sont confiants à l'heure du jugement qui sonne, les autres tremblent d'effroi! Ce 6eme sceau est plus difficile à saisir. Les hommes sont classés en catégories: les riches, les chefs politiques et militaires, les esclaves... Ces hommes ont peur, Dieu va excaucer la prière des martyrs du 5eme sceau. Il va laisser libre cours à sa colère. On peut retenir de ces versets que toute la création est concernée, touchée par le jugement et les décisions divines. Et bien entendu que nul ne peut se soustraire à ce jugement, pas plus les riches, les rois que les esclaves. Chaque homme, chacun que nous sommes, nous serons appelés à nous présenter un  jour devant la Face de Dieu.... Elément important car souvent on utilise la miséricorde de Dieu pour se déresponsabiliser... Qu'importe ce que je fais, Dieu me pardonnera. Créés à l'image et à la ressemblance de Dieu, nous sommes libres et doués de conscience, c'est ce qui fait notre grandeur! Ce qui implique aussi que nous devrons rendre compte de nos actes. Nous n'irons pas tous au paradis comme nous le laisse croire la chanson! Car oter le jugement, oter l'enfer, vous enlever à l'homme sa liberté, vous dénaturer sa volonté, vous amoindrissez le rôle de sa conscience... Cela dit, je vous rassure, l'affirmation de l'existence de l'enfer ne veut pas non plus dire que les hommes s'y entassent! Nos actes nous préparent au jugement, au choix final. Plus je pose des actes bons, plus je progresse dans la ressemblance de Dieu sur le chemin des vertus...  plus je serai apte à le reconnaître et à contempler son visage.
Pourquoi les hommes se cachent-ils? L'orgueil, la honte de leurs actes mauvais. Il faut beaucoup d'humilité pour reconnaître qui on est en vérité. Or l'humilité est la porte d'entrée du chemin de la perfection morale et spirituelle.

Il nous faudra attendre le chapitre 8 pour assister à l'ouverture du 7eme sceau puisque le chapitre 7 propose une sorte d'intermède en donnant des précisions sur les élus.

SaintJeanBaptiste.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Catéchisme
commenter cet article

commentaires