Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 11:56

L.pnga crèche...
Dans nos salons, au pied du sapin... en cette période de fêtes, c'est quasi devenue une figure d'Epinal. Impossible d'imaginer Noël sans elle et pourtant il n'en a pas toujours été ainsi.

Toute la théologie des premiers siècles de l'Eglise et l'année liturgique s'articulent essentiellement autour du mystère de la Rédemption et par conséquent de la fête de Pâques. De plus, fêter les naissances est le propre du paganisme et non du judaïsme antique. On réfléchit, on discute. On s'oriente vers le 25 mars (aujourd'hui fête de l'Annonciation 9 mois avant la naissance de Jésus...), vers le 6 janvier (l'épiphanie)...
En parallèle, les romains découvrent le culte de Mithra et fixent une fête au moment du solstice d'hiver pour célébrer le soleil invaincu. Cela dit, dans de nombreuses cultures on retrouve des fêtes au moment du solstice d'hiver, les saturnales romaines n'ont rien d'exceptionnelles!
Il nous faut alors attendre  la proclamation de la liberté religieuse et l'édit de Milan avec l'empereur Constantin. Le christianisme prend de l'ampleur. L'empereur fixe Noël au 25 décembre ( des représentations iconographiques voient le jour...) puis en 354, le pape Libère instaure la fête de Noël comme début de l'année liturgique. Je vois se profiler une critique de peu de poids sur la facilité du christianisme à récupérer fêtes et sanctuaires païens à son compte...
Choisir le sostice a bien évidemment une grande valeur symbolique, le Christ est le "soleil de justice". Son Incarnation apporte la lumière, chasse les ténèbres de notre monde... Il nous faudra attendre Pâques et la lumière éclatante de la Résurrection pour saisir totalement cette vérité. Ce n'est pas pour rien que nos églises sont orientées vers l'est là où se lève le soleil pour nous rappeler que dans l'autel, dans le tabernacle résident notre vraie lumière. Le jour de la Résurrection le 8eme jour, prendra rapidement le surnom de "jour du soleil" (pensez à l'anglais "sunday" ou à l'allemand...)
"Une lumière s'est levée dans les ténèbres"... cela nous sera rappelé à la chandeleur (chandelier....), le deux février où le bon saint Syméon déclarera " Tu peux laisser ton serviteur s'en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples: lumière qui se révèle aux nations." Jour où la crèche est rangée.
On se rend compte que du premier dimanche de l'Avent à la fête de Pâques, symboles, fêtes, textes nous sont offerts de manière très pédagogique pour nous faire entrer dans le Mystère de Dieu.

Bref, revenons à notre crèche... Il nous faut attendre St François, le pauvre d'Assise qui est saisi par le mystère de l'Incarnation et la beauté de la fête de la Nativité. Comment faire comprendre aux hommes l'importance de Noël... C'est ainsi qu'à Noël 1223 François met en place une crèche vivante à Greccio.. Les personnages mis en scène sont sortis tout droit de l'Evangile ( avec des rajouts symboliques comme le boeuf qui peut symboliser le sacrifice, l'humilité...).
Voilà ce qu'écrit Julien Green dans son Frère François: " Avant de quitter Rome, François obtint du pape, en guise de compensation, le droit de fêter Noël avec un éclat particulier et selon ses idées personnelles. Il choisit Greccio. (...)Sur un aplomb de la muraille de pierre, François avait fondé un petit ermitage, utilisant comme d'habitude une des grottes que lui offrait la nature. Elle fut transformée en chapelle. Sur sa demande, on y installa une mangoire généreusement pourvue de paille. Suivirent un boeuf et un âne, témoins exigés par la tradition. Au coeur de la nuit, les flambeaux s'allumèrent et la population d 'alentour montait de de tous côtés à travers les arbres, torche au poing, si bien que les sentiers de la montagne palpitaient comme des ruisseaux de lumière. Un prêtre était venu pour dire la messe qui fut célébrée sur la mangeoire devenue crèche, le "presepio" cher aux italierns, et ce fut François revêtu de la dalmatique de diacre qui lut l'Evangile de la Nativité. La foule émerveillée par cette redécouverte du grand mystère suivait avec attention les moindres détails de la célébration et beaucoup crurent voir François tenir dans ses bras l'Enfant baigné de rayons. La foi du Moyen Agen plus près de l'enfance que la nôtre, traduisait d'instinct par des visions les vérités à croire qui parlaient mieux au coeur."

Comme à Greccio laissons nous saisir par ce grand mystère.... Pauvreté insaissisable ( et non misérabilisme dont on entoure parfois la fête de Noël) de Dieu tout-puissant qui se fait homme. La nuit de Noël,  nous sommes témoins de ce que les pères nomment l' " admirable échange".... Là dans la crèche, Dieu se fait petit enfant, Dieu se fait homme pour que nous devenions Dieu... Dieu vient à nous pour nous conduire à Lui.

JOYEUX ET SAINT NOEL A TOUS!

SaintGeorges.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Folklore
commenter cet article

commentaires

-GreG- 05/01/2010 02:03


UDP


Jacquotte 05/01/2010 20:26


UDP!UDP!!!!!!