Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 17:18

N.pngous avons parlé ces derniers temps des couleurs liturgiques, des vêtements liturgiques, du dimanche. Tout cela pour arriver à un  point qui va nous intéresser un certain temps : la messe ou eucharistie. Ce mot « eucharistie » est un mot grec qui signifie « action de grâces » ou en français courant « merci ! »

L’eucharistie c’est comme le rappelle le Concile Vatican II la  « source et  (le) sommet de toute la vie chrétienne ». Nous ne  pouvons faire abstraction de l’eucharistie, c’est le cœur du mystère de l’Eglise, nous ne pouvons vivre pleinement notre foi, grandir spirituellement sans participer au « saint sacrifice de la messe. ». Le pape Jean Paul II a écrit à ce sujet une belle encyclique en 200 3 : ecclesia de eucharistia et de nombreux textes de Benoît ont approfondi l’eucharistie en particulier dans son rapport avec le baptême et la confirmation.

Si vous voulez vous plongez dans ces questions, quelques documents indispensables, cette encyclique de Jean Paul II, un missel romain, les textes du Concile que la sainte liturgie et l’instruction «  Redemptionis Sacramentum- La liturgie de l’eucharistie, sacrement de l’eucharistie. ».

Jean Paul II nous rappelle aussi que l’eucharistie est « le sacrement par excellence du mystère pascal ». Notre montée vers Pâques peut être une redécouverte de ce sacrement qui est notre véritable nourriture spirituelle avec la Parole de Dieu. Nous n’entrerons pas en détail de l’encyclique du pape aujourd’hui mais relevons ces têtes de chapitres qui nous éclairent sur le sens profond de l’eucharistie :

-          Chapitre I : mystère de la foi.

-          Chapitre II : l’eucharistie édifie l’Eglise.

-          Chapitre III : L’apostolicité de l’eucharistie et de l’Eglise.

-          Chapitre IV : l’eucharistie et la communion ecclésiale.

-          Chapitre V : la dignité de la célébration eucharistique.

-          Chapitre VI : A l’école de Marie, femme eucharistique.

Résumons, «  dans la très sainte Eucharistie, la Mère Eglise croit fermement et accueille avec joie, célèbre et adore le Sacrement de la Rédemption, en annonçant la mort de Jésus-Christ et en proclamant sa résurrection, jusqu’à ce qu’il vienne dans la gloire, comme Seigneur et Maître invincible, Prêtre éternel et Roi de l’univers, pour remettre entre les mains de la souveraine puissance du Père, le règne de la vérité et de la vie. »

 

Voyons aujourd’hui très simplement le déroulement d’une célébration eucharistique mais avant deux remarques. La première est que la  messe est présidée par un prêtre. Le diacre et les laïcs jouent un certain rôle en sachant que les rôles ne sont pas interchangeables. Les prêtres président in persona Christi. Les prêtres sont des hommes qui ont reçu le sacrement de l’ordination. Lors de la messe chrismale qui a lieu chaque année au moment de la semaine sainte, les prêtres renouvellent en quelque sorte leur engagement de célébrer « pieusement et fidèlement les mystères du Christ, tout spécialement dans le Sacrifice Eucharistique et le sacrement de réconciliation, selon la tradition de l’Eglise, pour la louange de Dieu et la sanctification du peuple chrétien. ». Sans prêtre, il n’y a pas de messe !

Où peut-on célébrer une messe ? La messe est célébrée dans un lieu consacré, sacré : église, chapelle… En certaines circonstances pastorales, elle peut avoir lieu en plein air (pensons aux camps de jeunes ou les grandes messes de pèlerinages) ou en un autre lieu (normalement avec accord de l’évêque du lieu) mais il faut que le lieu soit « décent ». On ne peut célébrer une messe dans un temple ou un lieu sacré d’une autre religion (mosquée, synagogue…)

Ces remarques faites, regardons le déroulement. La messe (nous parlons ici de la messe de rite « Paul VI », car il existe d’autres rites saint Pie V ou rites orientaux par exemple)  peut être divisée en quatre parties.

 

Première partie : L’ouverture

Le but de cette partie appelée parfois « temps de l’accueil » est de rassembler les chrétiens rassemblés : de faire « unité » et surtout de rendre capable à l’écoute de la Parole de Dieu et à la participation à l’eucharistie. Le but étant bien de faire « un seul corps ».

·         Procession et chant d’entrée. Nous verrons que la procession est déjà un acte

liturgique même si malheureusement beaucoup de communautés omettent les processions d’ouverture et d’envoi. Le prêtre opère ce mouvement de la porte vers l’autel pour « rassembler » les fidèles venus de divers horizons, tous nous tournons nos regards, nos cœurs vers le chœur où nous allons entendre la Parole de Dieu et célébrer l’eucharistie.

·         Salutation de l’assemblée : le prêtre invoque la présence du Christ, l’assemblée se

signe : ‘Au nom du Père, du Fils, du Saint Esprit. »

·         Préparation pénitentielle : c’est la préparation des cœurs à proprement parler. Elle

peut revêtir plusieurs formes et se termine par une prière de pardon.

·         Louange au Christ : habituellement, la préparation pénitentielle est suivi par le chant

de louange appelé Gloire à Dieu.

·         Prière d’ouverture : le prêtre dit cette prière qui conclue l’ensemble des rites de cette

première partie et ouvre sur la liturgie de la Parole qui va suivre. Cette prière est accompagnée d’un temps de silence.

 

 

Deuxième partie : la liturgie de la Parole

 Au cours de cette partie, nos regards convergent vers la table de la Parole ou ambon. C’est une sorte de pupitre exclusivement réservé à la lecture des textes saints, à l’homélie et à la Prière universelle.

Nous allons écouter des lectures : 3 et un évangile le dimanche, 2 et un évangile en semaine et beaucoup plus au cours de certaines célébrations comme les vigiles pascales ! 

·         Première lecture : il s’agit en général d’un texte de l’Ancien Testament.

·         Chant du Psaume :  le chant du psaume est une sorte de poème biblique qui est

accompagné d’une antienne.

·         Deuxième lecture :  tirée du Nouveau Testament ( actes des Apôtres, épîtres ou encore Apocalypse.)

·         Acclamation de l’Evangile :  l’assemblée se lève pour acclamer l’Evangile, en général par le chant de l’Alléluia (sauf temps de Carême).

·         Proclamation de l’Evangile : tiré d’un des quatre évangiles ( selon saint Luc, Matthieu, Marc ou Jean), proclamé par le prêtre ou le diacre, il est suivi d’une acclamation

·         L’homélie ou sermon :  c’est le temps où le prêtre explicite, approfondi les textes entendus.

·         La profession de foi :  c’est le temps du Credo. Il existe aujourd’hui deux formules possibles. (trois en fait si on compte la profession de foi de type "baptismal" en questions/réponses)

·         La prière universelle :  elle est composée de 4 intentions : Eglises, Cité, hommes éprouvés, la communauté rassemblée.

 

Troisième partie : la liturgie de l’eucharistie.

 Cette fois-ci nos regards porteront davantage sur l’autel, table de l’eucharistie. C’est un moment très important qui va comprendre entre autres la consécration et la communion.

 

·         La procession des offrandes ou préparation des dons: on apporte le pain et le vin. Ce temps comprend une prière de bénédiction et un temps de purification pour le prêtre. Enfin, une prière sur les offrandes. On peut inclure la quête dans ce temps.

·         La prière eucharistique. Il existe plusieurs formules ( quatre principales) et comprend des « sous parties » :

                  -          Dialogue et préface. La préface varie en fonction du temps liturgique.

                  -          Le chant du Sanctus (saint est le Seigneur) qui conclue la Préface.

                  -          Une des quatre prières eucharistiques qui vont toutes comprendre : récit de l’institution et consécration, élévation, épiclèse, anamnèse, mémorial du mystère pascal et offrande du corps et du sang du Christ, prière d’intercession et prière pour les défunts, doxologie (acclamation).

·         La communion qui comprend aussi plusieurs sous-parties :

                 -          Prière du Notre Père.

                 -          Souhait de paix et parfois geste de paix.

                 -          Fraction du pain et chant de l’agneau de Dieu.

                 -          Invitation à venir à la table du Seigneur « Heureux les invités au repas du Seigneur » et procession de communion.

                 -          Silence et prière.

 

Quatrième partie : l’envoi.

 C’est au cours de cette partie que nous allons être envoyés en mission. La messe continue dans notre vie de tous les jours, nous devons porter du fruit ! On peut trouver aussi dans cette partie,  un temps pour les petites annonces de la paroisse.

·         Prière

·         Bénédiction

·         Envoi et procession

 

Voilà pour ces quatre parties, nous verrons au cours de prochains articles, le détail de chaque partie.

 

SaintJeanBaptiste.png

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Catéchisme
commenter cet article

commentaires

jean jacques ganhofer 09/03/2013 00:09

je te met , en complément, un lien vers les origines juives de la messe . Tu sais , je ne pratique plus, car ce que tu écris n'est plus connu que par quelques pratiquants. De plus, j'habite à la
campagne et nous n'avons plus de prêtre. Le dernier devait désservir 44 paroisses ... Bonne continuation . Union en Christ . Jean jacques
http://lepetitcephalophore.blogspot.fr/2009/06/les-origines-juives-de-la-messe.html

Jacquotte 11/03/2013 14:52



Je vais aller voir le lien.


J'ai pu constater en effet que bon nombre de chrétiens ne "comprennent" plus la messe. C'est pour cela qu'il me semble important de la redécouvrir dans sa grande simplicité et dans son mystère.


Nous manquons en ce moment en effet en France de prêtres mais cela ne doit pas nous décourager déjà parce qu'ils n'étaient que 12 au départ dans un monde hostile et que le christianisme est
aujourd'hui la première religion mondiale et aussi parce qu'il vaut mieux quelques rares saints prêtres à la manière de St jean Marie Vianney ou saint Vincent de Paul qui ont su renouveller
l'Eglise, la foi, le catéchisme et toucher des milliers des personnes. Si nous manquons de prêtres, n'est ce pas aussi parce que notre catéchisme ne fait plus découvrir le rôle essentiel des
sacrements (en particulier de la messe) et leur grande beauté? Comment avoir envie d'être prêtre si les jeunes n'en voient jamais? ne se rendent pas compte de leurs missions? Donc, à nous de
jouer!