Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 16:51

L.png'évangile qui nous est donné aujourd'hui est l'évangile bien connu du bon samaritain dans l'évangile selon saint Luc  10, 25-37. Il est l'un de ces textes que nous écoutons d'une oreille discrète car nous en connaissons la chute et "la morale": nous devons aimer tout le monde, nous mettre au service de notre prochain. Et pourtant, ce texte a bien des choses à nous dire, c'est pourquoi je vous en propose un petit commentaire.

" Pour mettre Jésus à l'épreuve, un docteur de la Loi lui posa cette question: "Maître que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle?"  Notons que c'est la même question que celle du jeune homme riche dans l'évangile de Marc que nous entendrons dimanche prochain. C'est une question de morale, du sens de la vie. Quels actes dois-je poser pour parvenir au but c'est-à-dire au Royaume de Dieu et à la vie éternelle?  A cette question d'ordre éthique Jésus renvoie immédiatement à la Loi, cadre de l'agir humain donné par Dieu. Le pharisien contrairement au jeune homme riche ne cite pas tout le décalogue mais va au coeur de la Loi en parlant uniquement du commandement de l'amour: " Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même." Nous sommes bien au centre de la morale, la vertu théologale de charité qui ne passera jamais et à laquelle sont ordonnées toutes les autres vertus intellectuelles ou morales. Saint Ambroise lui rappelle que la Loi n'est là que pour annoncer la venue du Christ, le mystère de l'Incarnation: " C'était un de ceux qui croient connaîter la Loi, qui en savent les paroles et enignorent le sens. Aussi le Christ fait voir, par ce texte même de la loi, que ceux-là ignorent la loi et prouve que, dès le commencement, la loi a annoncé le Père et le Fils et le mystère de l'Incarnation du Seigneur."

 

Le débat va se poursuivre sur la question du prochain sous la forme d'une parabole qui tente comme toute parabole d'expliciter ce qu'est le Royaume de Dieu. Cette parabole va plus loin et donne des points de repères sur l'histoire même du salut et sur le sens de l'Incarnation du Christ. C'est un véritable résumé de l'économie du salut.

 

"Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho". Les Pères voient dans ce voyage, la chute de l'homme qui chassé du paradis (Jérusalem) se trouve à présent dans le monde. L'homme c'est Adam puis par extension tout homme. Sur la route de la vie terrestre, à cause du péché, l'homme rencontre le mal, des brigands qui vont le "dépuillé, roué de coups" et le laisse " à moitié mort". Ils nous ont dépuillé de "grâce spirituelle" selon l'évêque de Milan mais nous pouvons encore éviter les coups par le "vêtement de la foi". Trois hommes rencontreront l'homme blessé. Origène voit dans le prêtre la Loi, dans le lévite les prophètes et dans le Samaritain, le Christ. Si le prêtre et le lévite "descendent eux aussi", le Samaritain lui est en voyage. C'est le Christ qui s'incarne, qui se fait homme. Le prêtre et le lévite ne suffisent pas à notre salut, il a fallu que le Verbe se fasse chair.

Pour quelle raison s'incarne t'il? Pourquoi le Fils de Dieu se fait-il homme? Le Compendium du Catéchisme écrit: "Le Fils de Dieu s’est incarné dans le sein de la Vierge Marie par l’opération du Saint-Esprit, pour nous les hommes et pour notre salut, c’est-à-dire pour nous réconcilier, nous pécheurs, avec Dieu, pour nous faire connaître son amour infini, pour être notre modèle de sainteté et pour nous rendre « participants de la nature divine » (2 P 1,4)." Il distingue donc quatre raisons à l'Incarnation: le salut, le pardon des péchés, l'amour infini de Dieu pour l'homme et la paricipation de l'homme à la vie divine.

L'homme a quitté Jérusalem et le Christ s'incarne (s'abaisse- c'est la kénose) pour que l'homme puisse "remonter" avec Lui. Il vient pour sauver et soigner l'homme du péché. C'est ce qui nous est raconté dans cette parabole.

Après avoir pansé ses plaies, le samaritain pose l'homme sur sa monture qui représente son corps qui a porté sur la Croix tous nos péchés  ( on peut faire aussi un parallèle avec le bon pasteur qui prend la brebis sur ses épaules) et le conduit à l'auberge. Là encore, la plupart des pères ont vu comme Origène, une image de l'Eglise qui accueille tous les hommes: "il porte le moribond et le conduit dans une auberge, c’est-à-dire dans l’Église qui accueille tous les hommes, ne refuse son secours à personne et où tous sont conviés par Jésus : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et qui ployez sous le fardeau, et je vous soulagerai." L'Eglise est seulement une hôtellerie et non une maison car nous sommes bien de voyage sur cette terre, notre véritable demeure n'est pas l'Eglise mais bien Dieu et son Royaume.
Le Samaritain demeure peu de temps avec l'homme et pourtant Il s'assure qu'il ne manquera de rien en donnant deux deniers à l'aubergiste, il s'agit pour saint Ambroise des deux testaments: "Aussi le jour suivant – c’est-à-dire le jour de la Résurrection du Seigneur, il tira deux deniers et les remit à l'hôtelier en disant : prends soin de lui. Ces deux deniers sont peut-être les deux Testaments, qui portent sur eux l'effigie du Père éternel, et au prix desquels sont guéries nos blessures, ou bien les quatre Evangiles."

 

A travers cette parabole on retrouve l'image du Christ-médecin comme l'a relevé saint Augustin. Incarnation et Rédemption encore une fois ne peuvent être séparées. Il est important lorsque l'on parle de ce texte en catéchèse de prendre conscience dans un premier temps que nous aussi nous sommes des hommes blessés  et que le Christ s'est incarné pour nous. Nous avons besoin de la grâce  et de l'Esprit (l'eau et le vin) ainsi que du pardon de Dieu. Puis, comprendre que tout notre agir doit être imitation du Bon Samaritain, imitation du Christ.

 

SaintJeanBaptiste.png 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Catéchisme
commenter cet article

commentaires