Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 19:50

U.pngn des trois "piliers" du Carême, la prière... 
" Pour toi, lorsque tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte et prie ton Père qui est présent dans ce qui est secret". ( Matthieu 6, 6)
Cet appel à la prière intérieure sera suivi du don de la prière dominicale, la prière du Notre Père.

Pour commencer cette petite réflexion, je voudrai m'appuyer sur le grand saint Bernard de Clairvaux. Je suis allée voir hier "Le fabuleux destin de Saint Bernard" mis en scène par les Baladins de l'espérance, je reste dans le thème.
Dans son 5ème sermon pour le Carême, il s'attaque aux trois sortes de prière. Il met déjà l'accent sur les difficultés de la prière et sur celles que nous avons de constater les fruits de la prière... 
" Il semble que nous nous retrouvons après avoir prié, ce que nous étions auparavant. Personne ne nous répond ,un mot, personne ne nous accorde rien, il semble vraiment que c'est en pure perte que nous prenons la peine de prier. "
Bref, il ne se "passe rien" dans la prière, il ne "se produit rien" après ma prière... Est-ce que je dois continuer à prier? Est-ce que je prie "correctement" diront certains? Cela ne sert à rien... abandonnons!
Le premier des dangers dans la prière est justement d'arrêter de prier, de cesser de demeurer près de Dieu sous prétexte que nous ne ressentons rien. Il s'agit justement par delà l'expérience, par delà imagination, sentiment et intelligence de poser un acte de foi et de demeurer dans la confiance:
"Rapportez-vous-en donc au jugement de la foi, non à ce que vous éprouvez, puisque la foi ne trompe point et que l'expérience nous induit en erreur. Or où trouver, la vérité de la foi, sinon dans les promesses du Fils de Dieu lui-même qui nous dit : « Tout ce que vous demanderez dans la prière, croyez que vous le recevrez, et qu'il vous sera fait selon que vous le désirerez, (Matth. XXI, 22). » Par conséquent, qu'aucun de vous , mes frères, ne regarde sa prière comme étant de peu de valeur, attendu que celui que nous prions, je puis vous l'affirmer, est loin d'en faire peu de cas. Elle n'est pas encore tombée de nos lèvres, que déjà il l'a fait inscrire dans son livre, et nous pouvons être assurés d'une chose, c'est que s'il ne nous accorde pas ce que nous lui demandons, il nous donnera certainement quelque chose qu'il sait devoir nous être plus utile. Car nous ne savons point ce qu'il faut que nous demandions dans nos prières. Mais il aura pitié de notre ignorance, et, recevant notre prière avec bienveillance, s'il ne nous accorde point ce qui ne peut nous être d'aucun bien, ou ce dont nous n'avons point encore besoin, notre prière n'est point stérile pour cela."

Deuxième étape, mettre ses délices comme le chante le psalmiste dans le Seigneur... "Mettez donc vos délices dans le Seigneur, » c'est-à-dire tendez à cela, efforcez-vous de trouver vos délices en lui, « et le Seigneur alors exaucera les voeux de votre coeur, » c'est-à-dire, comme de juste, les voeux que la raison approuve. Il n'y a pas là motifs à vous plaindre, c'est plutôt une raison pour vous de témoigner votre reconnaissance de tout votre cœur, puisque tel est le soin que Dieu prend de vous, que toutes les fois que, sans le savoir, il vous arrive de demander quelque chose d'inutile, il ne vous exauce point, mais au contraire il vous accorde en échange quelque chose de meilleur. C'est ainsi qu'un père, selon la chair, quand son enfant lui demande du pain, s'empresse de lui en donner, mais s'il lui demande un couteau dont il ne croit pas qu'il ait besoin, il le lui refuse, et aime mieux lui couper lui-même son pain ou le lui faire couper par un de ses serviteurs, afin qu'il ne coure aucun danger et n'ait aucune peine"

Quels sont les voeux du coeur? Notre moine cistercien en distingue trois:
- les biens du corps.
- les biens de l'âme (grâce de Dieu et vertus de l'âme)
- le bonheur de la vie éternelle.
Nous devons surtout demander le troisième: "ce que nous devons demander avec une entière piété et de toute l'ardeur de nos désirs, c'est surtout la vie éternelle, où le bonheur de l'âme sera comble et parfait"
Dans ces trois voeux, il faut cependant éviter les choses superflues, des souhaits impurs et enfin les sentiments d'orgueil ( on peut en effet demander la vie éternelle en songeant qu'on la mérite simplement par ses propres efforts ce qui pour Bernard est faire preuve de bien peu d'humilité...)
" En conséquence bornons nos prières pour les choses temporelles aux seules nécessaires. Quant aux biens de l'âme., que notre prière soit faites: dans une grande pureté d'intention, et se soumette en toutes choses au, bon plaisir de Dieu; enfin due nos voeux, pour obtenir la vie éternelle, soient pleins d'humilité et ne se fondent, comme de juste, que sur la miséricorde de Dieu"

SaintJeanBaptiste.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Catéchisme
commenter cet article

commentaires

A-L à pas de fourmi 25/03/2010 00:20


Waw, félicitations pour ce blog ! Je n'ai pas encore pris le temps de tout lire, mais ce que j'ai vu était particulièrement intéressant et fouillé... je reviendrai volontiers !
Bonne entrée dans la Semaine Sainte en attendant !


Jacquotte 27/03/2010 11:54


Merci pour vos encouragements...A vous aussi belle et sainte semaine sainte.