Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 17:06

A.pngvant d'aborder les vertus morales proprement dites, il est nécessaire de comprendre rapidement ce qu'est une vertu théologale. Pourquoi? Nous pouvons nous référer encore une fois au catéchisme de l'Eglise (n°1812 et 1813): "Les vertus humaines s’enracinent dans les vertus théologales qui adaptent les facultés de l’homme à la participation de la nature divine (....)" et " Les vertus théologales fondent, animent et caractérisent l’agir moral du chrétien. Elles informent et vivifient toutes les vertus morales. Elles sont infusées par Dieu dans l’âme des fidèles pour les rendre capables d’agir comme ses enfants et de mériter la vie éternelle (...)".

Qu'est-ce que cela signifie? Dieu appelle les hommes, chaque individu à devenir "enfant de Dieu" et à participer à sa nature divine. Cette divinisation de l'homme ou encore cette participation possible à la vie divine est fondamentalement un don de Dieu. C'est purement gratuit de la part de Dieu et sans Dieu c'est impossible. L'homme, on l' a déjà noté à plusieurs reprises, est appelé à grandir en humanité et en cette vie divine. Cette progression ou croissance est possible grâce aux vertus naturelles et aux vertus surnaturelles. Les vertus naturelles, ce sont les vertus morales qui impliquent des efforts de la part de l'homme qui engage sa liberté et sa volonté. Je peux refuser ma vocation profonde à la sainteté, je peux refuser Dieu. C'est la conséquence de notre liberté. Mais, cette croissance est surtout possible grâce aux vertus surnaturelles, aux vertus théologales. Quel que soit l'effort de l'homme qui est absolument nécessaire, la grâce de Dieu est toujours plus importante et essentielle. En bref, la grâce soutient, guide nos efforts aussi minuscules soient-ils.

 

Ces trois vertus théologales ( foi, espérance et charité) sont infuses c'est-à-dire pour parler simplement données par Dieu. Elles ont pour source et objet Dieu. Dieu étant Amour, elles n'ont aucune limite car le déploiement de l'Amour est infini. Les vertus théologales nous sont connues par la Révélation.

 

On ne peut rentrer dans le détail de ces trois vertus mais voici quelques lignes directrices.

 

La foi. La foi est un don et une grâce... Pas forcément évident de penser cela de nos jours mais n'oublions pas que c'est Dieu qui se révèle. C'est toujours lui qui "fait le premier pas". Cela marque ensuite l'adhésion de la personne au Christ et à son Eglise. La foi marque profondément la morale puisque croire au Christ et "adhérer" à son Evangile va impliquer certaines conduites et forcer la personne à en refuser d'autres. C'est très clair dans les épîtres et dans les Actes de Apôtres. Croire implique un changement ( pas forcément radical, l'homme est un homme...) dans sa vie. Le CEC précise: "Mais " sans les œuvres, la foi est morte " (Jc 2, 26) : privée de l’espérance et de l’amour, la foi n’unit pas pleinement le fidèle au Christ et n’en fait pas un membre vivant de son Corps. (...)" Enfin, la foi implique le témoignage et l'évangélisation

 

L'espérance. Se souvenir déjà que l'espérance n'est pas l'espoir! L'espérance c'est fondamentalement désirer le Royaume de Dieu... "Elle répond à l'aspiration au bonheur placée par Dieu dans le coeur de tout homme". Le CEC cite Ste Thérèse de l'Enfant Jésus pour expliciter cette vertu: "Espère, ô mon âme, espère. Tu ignores le jour et l’heure. Veille soigneusement, tout passe avec rapidité, quoique ton impatience rende douteux ce qui est certain, et long un temps bien court. Songe que plus tu combattras, plus tu prouveras l’amour que tu portes à ton Dieu, et plus tu te réjouiras un jour avec ton Bien-Aimé, dans un bonheur et un ravissement qui ne pourront jamais finir"

Vous pouvez aussi lire Charles Péguy.

 

La charité. Toutes les vertus lui sont ordonnées. Foi et espérance disparaitront dans l'éternité mais seule la charité demeurera. C'est vraiment l'essentiel de la loi nouvelle en Christ. C'est l'amour à comprendre comme l'amour "agapé". En grec, vous savez que vous pouvez trouver trois termes pour désigner l'amour: "eros", "philia" et "agapé". L'agapé, c'est (pour faire vite) l'amour désintéressé, l'amour qui se rapporte à Dieu. L'amour-désir lui se rapporterait plutôt  la vertu d'espérance. Par cette vertu, nous aimons Dieu pour Lui-même et notre prochain comme nous même et cela pour l'amour de Dieu. La charité est première dans le sens où elle a une primauté absolue sur toutes les autres vertus.

Là encore je ne peux développer mais vous pouvez relire l'hymne à la charité chez saint Paul et le très beau passage dans la première épître aux Corinthiens au chapitre 13.

 

SaintPierre.png

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Ethique
commenter cet article

commentaires