Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 20:01

P.pngoussière, nous retournerons à la poussière.

La liturgie de ce jour lors de la bénédiction des cendres nous le dit en ces termes: " bénis les cendres dont nous serons marqués, nous qui venons de la terre et devons retourner à la terre. En nous appliquant à observer le Carême, puissions-nous obtenir le pardon de nos péchés et vivre de la vie nouvelle à l'image de ton fils ressuscité."

Quelles sont ces cendres? Ce sont les cendres des rameaux que nous avons bénis l'année précédente et qui ornent pendant l'année nos croix ou encore les tombes de nos proches. Ils sont rassemblés et brûlés pour former les cendres dont nous sommes marqués au front ( parfois dans les mains) aujourd'hui.
Quel est le sens de cette imposition?

"Le geste de l’imposition des cendres nous rappelle nos fragilités, y compris la plus grande de toutes, la mort. Mais si nous ne sommes que poussière, notre poussière est précieuse aux yeux de Dieu qui fait de notre mort, qu’a partagée Jésus Christ, le chemin de la résurrection glorieuse. Nous sommes donc invités à plonger notre vie plus profondément dans le mystère pascal à travers la participation à l’Eucharistie et à la vie de charité, qui naît de l’Eucharistie et qui trouve en elle sa plénitude." (Benoît XVI, audience générale du 17 février).
Ces cendres ne sont pas un geste morbide mais plutôt une invitation à "mourir à nous même" en ce temps de Carême pour redécouvrir et réapprofondir comme le dit justement le saint Père, le mystère pascal. Le Christ par son incarnation a connu, a endossé totalement notre condition humaine... Il a connu aussi la mort mais il l'a vaincue à Pâques nous sauvant non seulement du péché mais aussi de la mort. Par sa mort et résurrection, nous sommes invités à devenir par le Christ lui-même des fils adoptifs de Dieu et par conséquent comme le Fils à ressusciter dans notre chair. Quelle promesse!

Se rappeler notre mort, c'est aussi se souvenir que nous ne connaissons " ni le jour ni l'heure" et que ce jour peut être le dernier... Prendre conscience de cela ce n'est ni nous plonger dans une recherche effrénée des plaisirs sensibles, un carpe diem à la façon libertine, ni nous plonger dans une angoisse mortifère mais de vivre chaque jour, chaque minute comme " favorables au salut"... Qu'est-ce que cela signifie? Vivre chaque chose de notre quotidien ordinaire mais, pour paraphraser la petite Thérèse, en les rendant extraordinaires. Guy de Lariguaudie ne dira pas autre chose lorsqu'il affirmera qu'il est aussi grand et aussi saint d'" éplucher des pommes de terre pour l'amour de Dieu que de bâtir des cathédrales."
Ce temps de Carême est un temps où nous sommes invités à réajuster notre quotidien, à réajuster notre vie vers notre seul but: Dieu car l'homme est invité à devenir fils et à participer à la vie divine. Là est sa seule fin, là est son bonheur et ce n'est pas rien.
Des pistes nous sont données ou plutôt des axes dans les lectures du jour. Ce sont la prière, l'aumône (le partage) et le jeûne.
Mais l'important est avant tout, la conversion du coeur, " déchirez vos coeurs et non vos vêtementss, et REVENEZ AU SEIGNEUR VOTRE DIEU, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d'amour, renonçant au châtiment" comme l'écrit Joël au chapitre 2.
Se convertir, voilà le grand thème du Carême, et nous avons tous besoin de nous convertir. Ce qui fait dire à Benoit XVI:
"La conversion à laquelle nous sommes appelés ne doit pas être comprise comme un simple ajustement de notre vie, mais comme un véritable retournement. Se convertir signifie proprement «aller à contre-courant», ce courant qui n’est autre qu’un style de vie superficiel et incohérent qui souvent nous entraîne, nous domine et nous rend prisonniers du mal et de la médiocrité. Bien plus qu’une décision morale, la conversion relève pour le croyant d’un choix de foi qui introduit dans une communion plus profonde avec la personne du Christ. Ainsi, se convertir et croire à l’Évangile ne sont-ils pas deux choses distinctes."

40 jours pour vivre tout cela...40 jours pour nous replonger aux sources de notre baptême, 40 jours pour approfondir le mystère pascal.
Halte à la tiédeur et à la médiocrité et surtout BON CARÊME A TOUS!

SaintJeanBaptiste.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Catéchisme
commenter cet article

commentaires

marion 03/03/2010 14:21


Pas de post pendant le Carême? C'est un peu raide, à bientôt j'espère


Jacquotte 04/03/2010 22:57


Me voilà de retour...


beux 21/02/2010 10:01


C'est pas mercredi prochain le mercredi des cendres? Mince, je commence bien le carême moi...


Jacquotte 04/03/2010 22:57


J'espère que tu t'es réveillée, bientôt la mi-carême... Il n'est pas encore trop tard pour t'inscrire à la retraite en ligne des doms de Lille....