Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 19:46

C.pngomme chaque année, le pape nous fait part d'un message de Carême pour nourrir notre réflexion et nous ouvrir de nouvelles perspectives... Il est vrai que l'on trouve souvent que le Carême revient vite et qu'il dure bien longtemps. N'oublions pas que ce temps est moins un temps de privation qu'un temps de réjouissances, celui où nous retournons vers notre Père, celui où nous nous rapprochons de Dieu. Ce n'est pas rien, quittons donc nos faces de Carême et parfumons-nous la tête pour reprendre une expression biblique.

 

Que nous dit cette année, ce cher Benoît XVI? Il nous rappelle déjà en introduction ce qu'est réellement le Carême "un

 chemin de purification dans l’esprit, par une prière assidue et une charité active, afin de puiser avec plus d’abondance, dans le Mystère de la Rédemption, la vie nouvelle qui est dans le Christ Seigneur". 

 Les deux axes restent inchangés: la prière et la charité. Tous les efforts entrepris au cours de ces 40 jours n'ont de sens que s'ils nous permettent d'approfondir les deux grands commandements laissés par le Christ: " Tu aimeras ton Dieu de toute ton âme" - cet amour s'exprime essentiellement dans et par la prière et "Tu aimeras ton prochain comme toi-même"- l'amour charité!

 

     Dans un premier paragraphe, c'est le mystère de la rédemption compris comme vie nouvelle offerte par la Passion et la Résurrection du Christ qui est expliqué. Cette vie nouvelle, cette vie éternelle nous la recevons à notre baptême. Nous n'avons ensuite qu'à puiser tout au cours de notre vie à cette source baptismale comprise comme un véritable don de Dieu. L'évangile de la Samaritaine que nous entendrons lors du troisième dimanche nous le rappellera. Cela peut nous faire réfléchir sur la nature du sacrement. De plus en plus, nous recevons un sacrement comme nous passons un examen. Beaucoup de parents ne veulent pas baptiser leurs enfants lorsqu'ils n'ont que quelques mois pour les laisser "libres", leur laisser le choix... En réalité, il ne s'agit pas de cela, la foi est un don, le baptême comme tout sacrement est un don, un signe extérieur de la grâce intérieure.

"Le baptême n'est donc pas un rite du passé, il est la rencontre avec le Christ qui donne forme à l'existence toute entière du baptisé, lui transmet la vie divine et l'appelle à une conversion sincère mue et soutenue par la Grâce, lui permettant de parvenir à la stature adulte du Christ. Un lien spécifique unit le baptême au Carême en tant que période favorable pour expériementer la grâce qui sauve."

N'oublions pas aussi que les baptêmes d'adultes auront lieu lors des vigiles pascales pour bien montrer qu'avec le Christ nous mourrons lors de notre baptême à notre péché. Nous sommes morts le jour de notre baptême et nous sommes nés à la vie nouvelle avec le Christ. C'est une nouvelle naissance, une naissance d'en haut. Nous pouvons méditer à ce sujet la belle rencontre entre Nicodème et Jésus dans l'évangile selon saint Jean. Le Carême est vraiment l'occasion pour nous de prendre revenir aux sources de notre baptême pour revivifier notre foi et notre vie chrétienne.

 

     Le deuxième paragraphe est l'occasion pour le saint Père de nous rappeler qu'il nous faut davantage revenir à la Parole de Dieu, la lire, la méditer, la prier... Il donne ainsi quelques grandes lignes explicatives pour chaque évangile du Carême: les tentations au désert, la transfiguration, la Samaritaine, la guérison de l'aveugle-né, et enfin la résurreciion de Lazare. Il est vrai que c'est un riche parcours.

Je vous invite à lire avec attention ce paragraphe.

 

    Enfin, dans le troisième paragraphe, Benoît XVI nous invite à nous libérer des "choses matérielles", de notre "égoïsme" en nous plongeant dans le mystère de la mort et de la résurrection de Jésus. Se libérer toujours pou rêtre plus "disponibles à Dieu et à notre prochain". Là encore, jeûner, se priver n'a de sens que si c'est pour nous convertir. Nous pouvons sinon continuer à manger du nutella sans vergogne...

Le jeûne, l'aumône et la prière cités dans l'évangile d'hier sont les trois moyens qui nous permettent de nous libérer et d'avancer dans le véritable amour, " de vivre de façon toujours plus radicale l'amour du Christ."  Jeûner, faire l'aumône et prier c'est entrer dans une logique du don, de "dé-possession" et d'abandon.

 

Que devons-nous faire en conclusion? Etre plus attentif et plus à l'écoute de la Parole de Dieu, contempler Jésus sur la Croix, et nous laisser transformer par l'Esprit Saint. Bref, rien d'impossible puisqu'il s'agit essentiellement de reconnaître notre fragilité, notre faiblesse et d'accepter que Dieu nous aide à transformer notre vie.

 

 

 

SaintJeanBaptiste.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Catéchisme
commenter cet article

commentaires