Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 19:15

C.pngette année, je profite pleinement des explications et des enseignements des frères et soeurs des Fraternités Monastiques de Jérusalem pour bien saisir la signification et la beauté des liturgies qui nous sont offertes pendant le triduum pascal.

 

J'ai été saisi par le rituel autour du cierge pascal...

On peut trouver un parallèle à ce rite au cours du lucérnaire pratiqué aux  Vêpres où l'on allume les cierges en chantant un hymne: "Joyeuse lumière".

 

Au cours des vigiles pascales le rite de lumière est beaucoup plus marqué avec d'abord la bénédiction du feu. Cela symbolise aussi notre attente, notre veille. Dans les ténèbres va s'embraser un feu nouveau. La flamme  est signe du passage de la mort à la vie mais  aussi de notre désir.

Le prêtre commence pas tracer les symboles de la croix et de l'alpha et l'oméga ( ce sont les premières et dernières lettres de l'alphabet grec, le début et la fin... Ces lettres désignent le Christ).

Ici, cinq clous ( mais je crois qu'il s'agit selon le missel de cinq grains d'encens enflammés) sont piqués dans le cierge. Cela nous rappelle les 5 plaies ( les 4 marques des clous et le coup de lance) du Christ.

Le cierge sera allumé au feu nouveau puis tous nos cierges à partir du cierge pascal. On entre alors dans l'église en procession en chantant " Lumière du Christ". Trois arrêts sont prévus lors de la procession. Cette lumière qui  nous précède peut nous rappeler la nuée lumineuse dans le désert qui précédait le peuple hébreu dans tous leurs déplacements. On chante le chant de l'Exultet qui remonte au IVème siècle.

 

Le cierge pascal qui brillera pendant tout le temps pascal (jusqu'à la Pentecôte soit 50 jours) est signe de la présence du Christ. On peut donc se prosterner devant comme devant  un autel (qui est signe de la présence du Christ). On garde plutôt la génuflexion pour le tabernacle qui abrite la présence réelle et substantielle de Jésus.

 

Plus tard, au cours de la célébration, au moment du rituel de l'eau, le cierge sera plongé dans la cuvette qui contient l'eau (bientôt baptismale). C'est le Christ qui plonge dans le Jourdain ( au moment de son baptême) et qui en sanctifie les eaux.

 

"Qu'exulte de joie dans le ciel la multitude des anges !
Chantez, serviteurs de Dieu,
et que retentisse la trompette triomphale pour la victoire du grand Roi !

Réjouis-toi, ô notre terre, resplendissante d'une lumière éclatante,
car il t'a prise en sa clarté et son règne a dissipé ta nuit !
Réjouis-toi, Eglise notre mère, toute remplie de sa splendeur,
et que résonne l'acclamation du peuple des fils de Dieu !…

Vraiment il est juste et bon de proclamer à pleine voix ta louange,
Dieu invisible, Père tout puissant,
et de chanter ton Fils bien-aimé, Jésus Christ notre Seigneur.
C'est lui qui a payé pour nous la dette encourue par Adam notre père,
et qui a détruit en son sang la condamnation de l'ancien péché.

Car voici la fête de la Pâque où l'Agneau véritable est immolé pour nous.
Voici la nuit où tu as tiré de l'Egypte nos pères, les enfants d’Israël,
et leur as fait passer la mer Rouge à pied sec ;
nuit où le feu de la nuée lumineuse a repoussé les ténèbres du péché…

Ô nuit qui nous rend à la grâce et nous ouvre la communion des saints ;

nuit où le Christ, brisant les liens de la mort, s'est relevé victorieux des enfers.
Heureuse faute d'Adam qui nous a valu un tel Rédempteur !
Ô nuit qui seule a pu connaître le temps et l'heure
où le Christ est sorti vivant du séjour des morts ;
ô nuit dont il est écrit : « La nuit comme le jour illumine,
la ténèbre autour de moi devient lumière pour ma joie » (Ps 138,12)…
Ô nuit bienheureuse, où se rejoignent le ciel et la terre,
où s’unissent l’homme et Dieu.

Dans la grâce de cette nuit, accueille, Père très Saint,
le sacrifice du soir de cette flamme que l'Eglise t'offre par nos mains ;
permets que ce cierge pascal, consacré à ton nom, brûle sans déclin en cette nuit
et qu'il joigne sa clarté à celle des étoiles.
Qu'il brûle encore quand se lèvera l'astre du matin,
celui qui ne connaît pas de couchant,
le Christ ressuscité revenu des enfers,
qui répand sur les hommes sa lumière et sa paix.
Garde ton peuple, nous t'en prions, ô notre Père,
dans la joie de ces fêtes pascales.
Par Jésus Christ, ton Fils notre Seigneur,
qui par la puissance de l'Esprit s'est relevé d'entre les morts
et qui règne près de toi pour les siècles des siècles.

Amen !"

 

 

SaintJeanBaptiste.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Catéchisme
commenter cet article

commentaires