Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 19:31

I.pngl est un grand temps de poursuivre notre lecture du livre de l'Apocalypse.

Nous voici au chapitre 7, les six premiers sceaux ont été ouverts et voici que la succession des évènements s'arrête le temps d'un chapitre: Dieu reconnaît les siens et les marque d'un "sceau". Celui-ci s'ouvre sur la vision de quatre anges qui se tiennent aux quatre coins de la terre ( le chiffre 4- le carré- représente le plus souvent la terre: les 4 points cardinaux, les 4 éléments...) et commandent aux vents. Il s'agit d'une représentation antique courante chez les juifs comme chez les chrétiens, les vents comme les nations ( pour les anges par nation, je pense que vous pouvez voir cela dans le livre du Deutéronome 32, 8 ) ont chacun "un ange" qui les guide et les protège. Ceux-ci déchaînent sur la terre vents et tempêtes mais voilà qu'un "ange monté de l'orient" les arrête et marque "les serviteurs de Dieu" au front d'un sceau.

Avant d'essayer d'identifier plus avant cet ange, notons que ce passage s'inspire très largement du livre du prophète Ezéchiel ( en particulier le chapitre 9). Jérusalem infidèle va être punie mais avant de lancer son châtiment, Dieu ordonne à un homme vêtu de lin avec un écritoire de scribe à la ceinture de marquer d'une croix tous ceux qui sont restés fidèles à Dieu et qui ont refusé l'idôlatrie. Ici, dans le livre de l'Apocalypse, les hommes qui ont reconnu Dieu vont être marqués mais n'échapperont pas aux épreuves de ce monde et de cette vie. En revanche, ils ont foi en Dieu et savent que même s'ils connaissent la mort ( dans le martyre entre autres), Dieu leur donnera la vie véritable.

Qui est cet ange? Beaucoup ont vu en lui, le prophète Elie qui devait revenir pour fortifier l'Eglise avant la venue de satan. Vous pouvez trouver par exemple cette interprétation chez Victorin de Poetovio, évêque du troisième siècle mort en martyr, qui  a écrit justement un commentaire sur l'Apocalypse sous le règne de Gallien ( 258-263). Voilà ce qu'il écrit ( traduction dans la collection Sources Chrétiennes, n° 423): c'est le "prophète Elie qui doit venir avant le temps de l'Antéchrist pour restaurer les Eglises et les affermir contre l'intolérable persécution". Il s'appuie pour cela sur le livre de Malachie, le dernier des prophètes de l'Ancien Testament. En revanche, St Augustin voit dans cet ange venu d'orient l'Eglise. Ce qui pourrait être en cohérence avec les autres car ce "sceau" marque à la fois la protection de Dieu et "sa" propriété. C'est-à-dire ceux qui appartiennent à Dieu. Très vite dans l'Eglise primitive on a désigné le baptême par "le sceau". Le baptisé mort et ressuscité ave le Christ est marqué à vie par son baptême. Plus loin, du reste, on voit que ce peuple immense porte "la robe blanche" qui peut être celle du baptisé, celle de la grâce reçue au moment du baptême.

 

Nous parvenons dans un passage qui peut paraître délicat pour ceux qui ont été confrontés à une lecture fondamentaliste. Un jour, à Strasbourg, un femme- qui manifestement a du le regretter toute sa vie et qui n'a pas eu beaucoup de chance ce jour-là- à frapper à ma porte pour m'enseigner  la "Bonne Nouvelle". J'avais un peu de temps, je l'ai fait entrer. Elle était témoin de Jéovah... Elle a voulu m'enseigner la Bible et m'inciter à me convertir car le nombre d'élus ne sont pas si nombreux que cela: 144000....

Je sors rapidement ma BJ (Bible de Jérusalem) et lis le verset suivant: "Après quoi, voici qu'apparut à mes yeux une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, de toute nation, race, peuple et langue (...)". Bref, pas de stress, quiconque ose avancer un nombre de "sauvés" se trompe avec une facilité déconcertante!

Il s'agit bien entendu d'un chiffre "symbolique", ce sont les 12 tribus d'Israël portées à la perfection de 12000 hommes.  Ce chiffre 144000 comme le disait déjà St Augustin désigne l'Eglise toute entière, c'est la plénitude du peuple de Dieu et en aucun cas un chiffre concret et réel d'hommes.

Les douze tribus d'Israël nous viennent des douze fils de Jacob mais ici les plus avertis noteront que la prééminence est donnée à Juda qui est la tribu messianique ( le lion de Juda désignant  le Christ) et que Dan n'est pas présent mais remplacé par Manassé qui lui est un fils de Joseph. Depuis l'Ancien Testament ( puis dans la tradition avec Saint Irénée par exemple) la tribu de Dan est considérée comme infidèle à Dieu, elle est donc écartée ici. En Genèse 49, 17 elle était désignée en ces termes: " Que Dan soit un serpent sur le chemin, un céraste sur le sentier, qui mord le cheval au jarret et son cavalier tombe à la renverse!" ( traduction de la Bible de Jérusalem)

Certains ont vu dans les "144000" les chrétiens issus du judaïsme et dans "la foule immense" ceux issus du paganisme. Je ne crois pas qu'il s'agisse de cela mais seulement de deux manières de désigner l'Eglise car  il s'agit bien d'un seule Eglise comme le remarque St Augustin dans son explication de l'Apocalypse selon st Jean car l'apôtre écrit " LE peuple" et non "un autre peuple", c'est bel et bien un seul et même peuple de croyant " composé d'une multitude innobrable de toute tribu, de tout peuple et de toute langue, parce que toutes les nations se sont greffées sur la racine en embrassant la foi." On note encore une fois l'universalité du salut qui dépasse les frontières mais aussi le temps car il s'agit de l'ensemble des sauvés dans tous les siècles.

 

Le chapitre se poursuit sur une liturgie céleste qui rappelle le culte lié à la Fête des Tentes dans le judaïsme ancien mais nous verrons cela demain.

 

SaintJeanBaptiste.png

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Catéchisme
commenter cet article

commentaires