Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 15:40

B.png

 

 

 

onne année à tous!

 

Après quelques semaines de pause, nous repartons bon pied bon oeil pour cette nouvelle année civile qui s'ouvre. En cette année de la foi, tachons de prendre de bonnes résolutions en libérant du temps pour nous former à l'enseignement du Christ et de son Eglise, pour accueillir et méditer la Parole de Dieu, pour témoigner de notre foi dans un monde qui a parfois une bien mauvaise compréhension de Dieu et qui a bien besoin d'espérance.

 

Pour ceux qui ne l'auraient pas encore lu, voici quelques extraits du message de Noël, urbi et orbi,  du saint père. Il nous rappelle que le Christ est vérité. Nous connaissons en ce moment en France, une période très profonde de doutes et d'incertitudes. Nous confondons souvent "sincérité", "authenticité" avec "vérité". Comme si le sentiment subjectif était l'unique vérité possible. Or cela nous conduit à un relativisme bien facheux qui nie la possibilité d'une vérité objective.

Il est bon de se souvenir que nous croyons en un Dieu un et trine, vivant, personnel qui est la Vérité. Cette vérité est accessible par la foi (révélation) et par la raison ( intelligence, conscience...). Elle nous dit la vérité de l'homme qui est image et ressemblance de Dieu.

C'est un message d'espérance qu'envoit Benoît XVI: le Verbe s'est fait chair, la lumière a vaincu les ténèbres, la Vérité a germé sur la terre... Souvent, nous sommes enclins à la désespérance, pensants que le monde régresse. Cela est impossible puisque le Christ a vaincu la mort et le péché. L'Esprit Saint agit dans le monde et cela sans cesse, chaque jour qui passe nous rapproche de la vision divine et de l'avènement du Royaume. Nous sommes donc en pérpétuelle progression.

 

Dieu s'est fait chair, Il a habité parmi nous. Il nous fait don de la foi et cependant, Il nous laisse libre de répondre à cet appel. Saurons-nous cette année, ouvrir notre coeur, ouvrir "la porte de la foi?"

 

" Verita de terra orta est ! » ‑ “La vérité a germé de la terre ! » (Ps 85, 12)

 

Chers frères et sœurs de Rome et du monde entier, bon Noël à vous tous et à vos familles !

En cette Année de la foi, j'exprime mon souhait de Noël avec ces paroles, tirées d'un psaume : « La vérité a germé de la terre ». Dans le texte du psaume, en réalité, nous les trouvons au futur : « La vérité germera de la terre » : c'est une annonce, une promesse, accompagnée d'autres expressions, qui dans l'ensemble résonnent ainsi : « Amour et vérité se rencontrent, / justice et paix s'embrassent ; / la vérité germera de la terre / et du ciel se penchera la justice. Le Seigneur donnera ses bienfaits / et notre terre donnera son fruit. / La justice marchera devant lui, / et ses pas traceront le chemin » (Ps 85, 11-14).

Aujourd'hui, cette parole prophétique s'est accomplie ! En Jésus, né à Bethléem de la Vierge Marie, l'amour et la vérité se rencontrent réellement, la justice et la paix se sont embrassées ; la vérité a germé de la terre et la justice s'est penchée du ciel. (...) Et dans un discours sur Noël, saint Augustin affirme : « Avec cette fête qui revient chaque année, nous célébrons donc le jour où s'est accomplie la prophétie : "La vérité a surgi de la terre et la justice s'est penchée du ciel". La Vérité qui est dans le sein du Père a surgi de la terre parce qu'elle fut aussi dans le sein d'une mère. La Vérité qui régit le monde entier a surgi de la terre parce qu'elle fut soutenue par les mains d'une femme... La Vérité que le ciel ne suffit pas à contenir a surgi de la terre pour être couchée dans une mangeoire. À l'avantage de qui un Dieu si sublime s'est-il fait si humble ? Certainement avec aucun avantage pour lui, mais avec un grand avantage pour nous, si nous croyons » (Sermones, 185, 1).

« Si nous croyons ». Voilà la puissance de la foi ! Dieu a tout fait, il a fait l'impossible : il s'est fait chair. Sa toute-puissance d'amour a réalisé ce qui va au-delà de la compréhension humaine : l'Infini s'est fait enfant, est entré dans l'humanité. Pourtant, ce même Dieu ne peut entrer dans mon cœur si je ne lui ouvre pas la porte. Porta fidei ! La porte de la foi ! Nous pourrions demeurer effrayés devant notre toute puissance à l'envers. Ce pouvoir de l'homme de se fermer à Dieu peut nous faire peur. Mais voilà la réalité qui chasse cette pensée ténébreuse, l'espérance qui vainc la peur : la vérité a germé ! Dieu est né ! « La terre a donné son fruit » (Ps 67, 7). Oui, il y a une terre bonne, une terre saine, libre de tout égoïsme et de toute fermeture. Il y a dans le monde, une terre que Dieu a préparée pour venir habiter au milieu de nous. Une demeure pour sa présence dans le monde. Cette terre existe, et aujourd'hui aussi, en 2012, de cette terre a germé la vérité ! Par conséquent, il y a de l'espérance dans le monde, une espérance fiable, même dans les moments et dans les situations plus difficiles. La vérité a germé, portant amour, justice et paix."

 

Le saint père continue ensuite en lançant un message de paix à des pays particuliers:

"Oui, que la paix germe pour la population syrienne, profondément blessée et divisée par un conflit qui n'épargne pas même les personnes sans défense et fauche des victimes innocentes. Encore une fois je fais appel pour que cesse l'effusion de sang, que soient facilités les secours aux personnes déplacées et aux réfugiés et que, par le dialogue, soit recherchée une solution politique au conflit.

Que la paix germe sur la terre où est né le Rédempteur et qu'il donne aux Israéliens et aux Palestiniens le courage de mettre fin à trop d'années de lutte et de divisions, et d'entreprendre avec décision le chemin de la négociation.

Dans les pays du Nord de l'Afrique qui traversent une profonde transition à la recherche d'un nouvel avenir – en particulier en Égypte, terre aimée et bénie par l'enfance de Jésus –, que les citoyens construisent ensemble une société fondée sur la justice, le respect de la liberté et de la dignité de chaque personne.

Que la paix germe dans le vaste continent asiatique. Que l'Enfant Jésus regarde avec bienveillance les nombreux peuples qui habitent ces terres et, de manière spéciale, ceux qui croient en lui. En outre, que le Roi de la Paix porte son regard sur les nouveaux dirigeants de la République populaire de Chine pour la haute charge qui les attend. Je souhaite que celle-ci mette en valeur l'apport des religions, dans le respect de chacune, de sorte qu'elles puissent contribuer à la construction d'une société solidaire, au bénéfice de ce noble peuple et du monde entier.

Que la Nativité du Christ favorise le retour de la paix au Mali et de la concorde au Nigéria, où d'atroces attentats terroristes continuent à faucher des victimes, en particulier parmi les chrétiens. Que le Rédempteur apporte aide et réconfort aux réfugiés de l'est de la République démocratique du Congo et donne la paix au Kenya, où de sanglants attentats ont touché la population civile et les lieux de culte.

Que l'Enfant Jésus bénisse les très nombreux fidèles qui le célèbrent en Amérique latine. Qu'il augmente leurs vertus humaines et chrétiennes, qu'il soutienne tous ceux qui sont contraints à émigrer de leurs familles et de leur terre, qu'il affermisse les gouvernants dans leur engagement pour le développement et dans la lutte contre la criminalité."

 

Il conclue ainsi: "Chers frères et sœurs ! Amour et vérité, justice et paix se sont rencontrées, se sont incarnées dans l'homme né de Marie à Bethléem. Cet homme est le Fils de Dieu, il est Dieu apparu dans l'histoire. Sa naissance est un germe de vie nouvelle pour toute l'humanité. Puisse chaque terre devenir une bonne terre, qui accueille et fait germer l'amour, la vérité, la justice et la paix. Bon Noël à tous ! "

 

  En bref, belle et sainte année à tous, dans le Christ!

 

 

NB: pour ceux qui se demanderaient ce qu'est un message "urbi et orbi", c'est un message, une bénédiction adressé à tous les chrétiens. Le pape s'adresse à la ville de Rome (urbi- à la ville) dont il est évêque et au monde (orbi- à l'univers) dont il est le pasteur, le pape.

SainteLucie.png

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Hors-sujet
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 19:40

A.pngprès de longues vacances, nous reprenons les cours. Et attention, cette année, ils débuteront plus tôt, le 5 octobre. Les inscriptions se font directement au secrétariat du CUCDB (U.V de 28 heures)

Au programme de cette année, la loi et la conscience morale...

Pour info, voici les grandes lignes:

 "« Maître que dois-je faire pour avoir la vie éternelle? ». Telle est la question du jeune homme "riche" à Jésus qui résume la quête de chaque homme vers Dieu c'est-à-dire vers la béatitude. Mais si l'homme progresse en exerçant les vertus, en posant des actes bons, il peut aussi se détourner de Dieu par des actes mauvais.

Dès lors, comment l'homme peut-il juger de ses actes? Comment discerner? Que faire pour bien faire et parvenir à Dieu? Doit-on se tourner vers sa conscience: « sanctuaire où l’homme est seul avec Dieu et où Sa voix se fait entendre » ou se référer à une loi donnée ?

En articulant avec les notions de liberté, de vérité et de loi, nous étudierons cette année, au cours d'un petit parcours historique ( Antiquité, pères de l'Eglise, Saint Bernard et Abélard, Saint Thomas d'Aquin ou encore Alphonse de Ligori), ce qu'est la conscience: son fonctionnement, ses propriétés, son éveil et sa formation... La conscience doit-elle s'éduquer? La conscience peut-elle se tromper? Comment suivre sa conscience? Faut-il toujours la suivre? La conscience nous oblige t'elle?"

 

SainteLucie.png

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Hors-sujet
commenter cet article
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 13:50

P.pngeut-être faites-vous partie d'une de ces 20 000 personnes qui iront trainer leurs espadrilles à une session de Paray cet été? Rien de tel pour se rebooster que d'aller poser des néons, dévisser des ampoules et chanter des "Amen de Gloire!" avec d'autres personnes.  Il y en a pour tous les goûts: forum des jeunes, session mariale, congrès de l'adoration, session des familles, session des gens dans la rue, parcours de préparation au mariage... et en plus parents vos chérubins sont gardés en journée (bricolages, jeux, chants, siestes pour les petits...) , vous êtes tranquilles  pour suivre ce que vous voulez!

Alors n'hésitez pas. C'est très libre et personnellement je zappe certains trucs comme les partages, les veillées témoignages et me concentre sur les enseignements qui sont de grande qualité et les temps de prières.

Au cours de cette session des 25-35 ans, deux intervenants ont été particulièrement brillants, le dominicain Humbrecht et le père Nicolas Buttet.

 

J'aimerai revenir aujourd'hui sur l'enseignement du père Humbrecht, " Notre histoire a t'elle un sens?". Son plan en trois parties  est  très simple: lire le passé, vivre le présent et constuire l'avenir. Je ne vais pas détailler son discours mais retranscrire quelques éléments de sa deuxième partie autour des questions du sens, de la vérité et de la vocation.

 

Il faut d'abord avoir bien conscience que la clé du bonheur est d'habiter son présent. C'est-à-dire de poser des actes, ne pas se laisser engloutir par le passé ou l'avenir. Pour faire court, le présent est le noeud stratégique de notre vie et cela est en réalité très exigeant. "Poser des actes", cela semble un peu stupide comme formule mais en fait cela suppose une confrontation au réel qui nous résiste. Il faut devenir pour reprendre une expression du père "redoutable d'efficacité" en posant  un acte l'un après l'autre et les mener à bien. Il faut aussi prendre le temps de terminer une action... La "finition" est une des grandes questions de notre génération.

 

Le père revient alors sur la question de fond: "Notre vie a t'elle un sens"?

Il distingue deux "sens" à ce terme: le sens et la vérité. En effet, le sens renvoie d'abord à la vérité c'est-à-dire à la part de réalité qui nous précède, nous mesure et que l'on ne crée pas. Je reçois une histoire... Puis le sens c'est justement la vérité que je confère, que je donne aux choses. C'est une intervention de l'esprit sur les choses. J'imprègne en quelque sorte ma marque sur les choses. Le sens est alors lieu d'interprétation et toute interprétation est une intervention.

Cela dit, il ne faut pas tout interpréter car dès qu'on interprète on met quelque chose de soi or pour certaines choses, il faut recevoir, accueillir la vérité comme on nous la donne ou la dit. Le père a donné l'exemple de la parole évangélique ou des textes conciliaires que l'on a d'abord à accueillir, comprendre puis à interpréter. Il faudrait avoir d'abord la simplicité de lire l'enseignement de l'Eglise et seulement dans un deuxième temps si nécessaire de l'interpréter. L'interprétation peut être réductrice car on tire les mots à soi. Selon les circonstances, on doit interpréter. Si par exemple le message de vérité manque d'intelligibilité, il est nécessaire de faire des liens.

 

Avec beaucoup d'humour, le père a ensuite prit l'exemple des "signes" et de leurs inteprétations et il est vrai que je suis parfois stupéfaite de la platitude des signes qu'osent me rapporter certains de mes amis. Qu'est-ce qu'un signe? Une chose qui en désigne une autre. Le signe est nécessairement subjectif, c'est moi qui fait le lien et cela reste bien entendu fragile. Il est impératif qu'un discernement soit fait par l'intelligence. Il faut distinguer ce qui est de l'ordre du "moi-même" et de ce qui est de l'ordre du "Saint Esprit". Il est nécessaire de faire les choses avec intelligence et d'avoir un regard extérieur, une critique ou un conseil externe car on n'est pas forcément bon juge pour soi-même. Je ne peux ici que conseiller vivement d'avoir recours à un conseiller spirituel.

 

Donner sens à notre histoire? C'est aussi la question de la fameuse vocation et une réflexion plus profonde sur la Providence. Cette réflexion est intéressante car elle permet de bien distinguer Destin et Providence et de sortir du débat parfois un peu stérile entre vocation religieuse/ vocation au mariage.

En fait, le père Humbrecht note qu'il est difficile parfois de savoir qu'elle est sa vocation profonde et réelle et que souvent il faut attendre la fin... Les actes que nous posons décident de  notre vocation en réalité. Cela dépend de nous! N'oublions pas que nous sommes des êtres libres et que rien n'est prévu par Dieu malgré nous. Cela n'est pas écrit ou tracé à l'avance... Les choses ne sont pas nécessaires. En gros, la vocation en termes de carrière n'existe pas.

Il  nous faut alors distinguer entre vocation et appel! Quelle est ma vocation? Elle est la même pour tous les hommes; la sainteté et cela en vertu même de notre baptême pour nous chrétiens.

Ensuite, point très important, il n'y a pas d'appel direct de Dieu au mariage. En effet, tous nous avons une vocation au mariage qui est inscrite dans notre nature même. Je suis tout à fait le père sur cette question car le mariage est le premier des sacrements, le seul créé au début du monde, le seul qui n'a pas été donné par le Christ. La nature, c'est une grâce de Dieu. Il est donc inutile en termes de mariage d'attendre un appel de Dieu, c'est déjà fait!

Mais en revanche, il a justement un appel particulier de Dieu pour la consécration car justement il faut m'arracher à ma vocation naturelle au mariage. C'est un appel qui se déroule sous la modalité du désir, modalité très humaine, qui doit faire quelque part "concurrence" à l'appel à la vie en couple.

 

Ensuite, le père a insisté sur l'importance de la responsabilité personnelle. Question de grande actualité. Il cite l'Ecclésiaste: " Dieu a laissé l'homme à son conseil". Dieu n'agira, ne décidera jamais à ma place. N'oublions pas que ce qui fait que l'homme est à l'image de Dieu, c'est entre autres sa liberté! Et Humbrecht va plus loin encore car il affirme que si on agit pas, on empêche même Dieu d'agir car Dieu a voulu ne pas agir seul mais toujours en collaboration avec l'homme. N'est-ce pas une des significations profondes de l'alliance qui habite la Bible? Saint Thomas dira que Dieu a donné à l'homme la dignité de la causalité.  Cette liberté, ce vouloir doivent s'articuler, être en médiation avec l'Eglise, c'est-à-dire la communauté. La grâce de Dieu agit toujours dans la communauté ( notez  la différence avec la théologie luthérienne). Il faut avoir conscience de l'importance des médiations humaines: Eglise, société, famille, amis... Rien ne se fait jamais de manière abstraite.

En guise de conclusion, on peut reprendre la très célèbre formule: " Dieu opère, nous coopérons."

SainteLucie.png

 

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Hors-sujet
commenter cet article
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 23:10

V.pngoilà quelques semaines que je n'ai rien posté... mea culpa comme on dit...

Beaucoup de boulot et pas d'internet pendant 10 jours mais ça y est, ce sont les vacances... donc le temps des lectures. Dès demain, une vraie petite note!

Conclusion: à tout bientôt!

 

 

SainteLucie.png

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Hors-sujet
commenter cet article
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 19:22

O.pngui, je sais... cela fait une éternité que je n'ai pas publié de note mais c'est un peu la panique sous le ciel dijonnais en ce moment. Mais dès cette semaine, nous reprendons un rythme "normal" de notes...

 

Aujourd'hui, avec la fête de la Pentecôte (du grec "penta" soit 50 jours après Pâques) s'achève le temps pascal pour les chrétiens. Nous reprenons le temps ordinaire ( de couleur verte) ou encore ce qu'on appelle le temps de l'Eglise dès demain...

La fête de la Pentecôte existait déjà dans le judaïsme ancien. Les apôtres réunis à Jérusalem ce jour-là étaient sans doute revenus en ville pour fêter "Chavouoth". C'est une fête d'origine agraire, une fête de printemps qui marque le temps des premières récoltes. C'est cependant la commémoration du don de la loi sur le mont Sinaï. Les chrétiens eux célèbrent le don du Saint Esprit sur les Apôtres et le commencement à proprement parler de l'évangélisation car c'est à partir de cet évènement qu'ils vont "proclamer les merveilles de Dieu" sur toute la terre. Vous pouvez trouver ce texte au début des actes des apôtres (livre rédigé par saint Luc) juste après le récit de l'Ascension.

 

Par conséquent, sainte fête de la Pentecôte !!!! N'hésitons pas à prier l'Esprit-Saint, ce "grand inconnu" de la Trinité. N'oublions pas que c'est une personne de la Trinité.

Saint Thomas d'Aquin, dans sa Somme Théologique se penche bien évidemment sur la question du Saint Esprit. Deux questions pourraient retenir notre attention. La question 37 intitulée " le nom du Saint Esprit qui est Amour" et la question 38, " le nom du Saint Esprit qui est "don"... Deux mots très forts pour parler de cette personne de la Trinité: Amour et don...Qu'en dit saint Thomas?

Il distingue déjà deux sens du mot amour lorsque l'on parle de Dieu. Un sens "personnel" et un sens " essentiel" ( qui se rapporte ici à l'essence  de Dieu). Dans un sens personnel, l'aquinate précise que " (...) c'est un nom propre du Saint Esprit, dans le même sens où "Verbe" est le nom propre du Fils." En bref, si le Christ est le Verbe fait chair, le Saint Esprit est Amour. Le Saint-Esprit "en tant qu'Amour, (...) évoque un rapport réciproque entre le Père et le Fils, celui d'aimant à aimé. Mais du fait même que le Père et le Fils s'entre'aiment, il faut bien que leur mutuel Amour, qui est le Saint Esprit, procède de l'un et de l'autre. Donc, si l'on considère l'origine, le Saint Esprit n'est pas au milieu, il est la troisième Personne de la Trinité. .."

 

Le don implique une "donation gratuite". La raison du don gratuit est comme le rappelle notre théolgien l'amour. Nous donnons quelque chose à quelqu'un gratuitement parce que "nous lui voulons du bien"

Ainsi on peut en conclure que 'l'amour constitue le don premier, en vertu duquel sont donnés tous les dons gratuits."

On comprend mieux alors la belle citation de Saint Augustin: "Par le Don, qui est le Saint Esprit, une multitude de dons sont distribués en propre aux membres du Christ."

Si nous avons reçu le sacrement du baptême, le sacrement de confirmation ou tout autre sacrement à caractère( ce mot vient du grec et signifie "empreinte" ou encore "marque", cela renvoie aux sacrement qui nous marquent à vie et que l'on ne reçoit qu'une fois), demandons-nous si nous accueillons réellement ce don et cet amour qu'est l'Esprit Saint?

Nous pouvons aussi réfléchir aux dons que Dieu nous a donné... Qu'en faisons-nous? Les faisons-nous fructifier???

 

N'oublions pas non plus que c'est Saint Thomas qui élabore vraiment la doctrine des 7 dons du Saint Esprit mais s'ils sont présent dans la Tradition. Je pense à saint Ambroise ou encore à saint Augustin. Ces 7 dons sont: la sagesse, l'intelligence, la science, la piété filiale, la crainte de Dieu, la force et enfin le conseil.

 

Finissons par la très belle prière du Veni sancte spiritu que l'on chantera aujourd'hui à la messe. C'est ce qu'on appelle la séquence. Elle est priée juste avant la proclamation de l'Evangile.

 

"Viens, Esprit-Saint, en nos coeurs,

et envoie du haut du ciel

un rayon de ta lumière.

 

Viens en nous, père des pauvres,

viens, dispensateur des dons,

viens, lumière de nos coeurs.

 

Consolateur souverain,

hôte très doux de nos âmes

adoucissante fraîcheur

 

Dans le labeur, le repos,

dans la fièvre, la fraîcheur,

dans les pleurs, le réconfort.

 

O lumière bienheureuse,

viens remplir jusqu'à l'intime

le coeur de tous tes fidèles.

 

Sans ta puissance divine,

il n'est rien en aucun homme,

rien qui ne soit perverti.

 

Lave ce qui est souillé,

baigne ce qui est aride,

guéris ce qui est blessé.

 

Assouplis ce qui est raide,

réchauffe ce qui est froid,

rends droit ce qui est faussé.

 

A tous ceux qui ont la foi

et qui en toi se confient

donne tes sept dons sacrés.

 

Donne mérite et vertu,

donne le salut final

donne la joie éternelle.

Amen."

 

SainteLucie.png

Repost 0
Published by Jacquotte - dans Hors-sujet
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 13:33
onjour; bienvenue sur "in nomine"!














Repost 0
Published by Jacquotte - dans Hors-sujet
commenter cet article